centre
val de loire
Choisir une région

Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

Le lundi vers 23h00, un documentaire de 52 minutes raconte la vie des régions. 
Logo de l'émission Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

REPLAY. Documentaire. “Le choix d'une vie” : quand on doit choisir entre la foi et une vie de jeune femme...

Marie-Hélène en train de prier debout avec un livre ouvert dans la Cathédrale de Chartres en Eure-et-Loir / © Comic Strip Production / France 3 Centre-Val de Loire
Marie-Hélène en train de prier debout avec un livre ouvert dans la Cathédrale de Chartres en Eure-et-Loir / © Comic Strip Production / France 3 Centre-Val de Loire

Dans ce documentaire de Fanny Chrétien, découvrez l'histoire de Marie-Hélène. À 23 ans, elle interrompt sa carrière de professeure pour rentrer au noviciat des Soeurs de Saint-Paul de Chartres. Entre doutes et certitudes, découvrez sa nouvelle vie et ce pourquoi elle a tout quitté.

Par Fanny Chrétien et Cécile Mette

Revoir l'émission

Marie-Hélène aime Jésus. Cet amour sincère vient d’une éducation catholique qui lui a été dispensée dès son plus jeune âge au travers d’un parcours classique, allant du baptême à la profession de foi. Sa foi d’enfant s’est estompée à l’âge de l’adolescence, elle découvre son corps et a ses premières expériences sexuelles.

Grande sportive, elle passe son temps libre sur les stades de foot et à la piscine. Éloignée de toute pratique religieuse, elle débute des études pour devenir professeur d’éducation physique et sportive à 20 ans.

Peu à peu la foi refait surface, comme si elle ne l’avait jamais quittée. Elle ressent le besoin profond d’aller à la messe tous les jours. Elle se confesse, rompt avec son quotidien et choisit une vie entièrement consacrée à la religion.

Le noviciat des Soeurs de Saint-Paul, le plus ancien ordre missionnaire de femmes

Fondée en 1696 en Beauce, la congrégation des sœurs de Saint-Paul de Chartres est le plus ancien ordre missionnaire de femmes. À l’origine : quatre sœurs seulement, vouées à l’éducation des enfants, au soin des malades et des pauvres. À partir des années 1970 les vocations catholiques se sont progressivement taries. Aujourd'hui : une centaine d’âmes résident encore là, à quelques rues de la cathédrale.

Lieux de vie des sœurs de Saint-Paul

Faute de vocations en France, le noviciat a fermé ses portes... Il a pu rouvrir il y a une dizaine d’années dans un nouvel élan apporté en grande partie par de jeunes Vietnamiennes motivées.

Finalement, celles-ci rendent hommage aux premières sœurs françaises venues au Vietnam, comme une sorte de renversement presque ironique du sens de l’histoire de la colonisation. Sœur Rose, Vietnamienne septuagénaire, tient ce noviciat à bout de bras depuis sa réouverture en 2003 et forme exclusivement des novices vietnamiennes.

Le noviciat est une période particulière pour le corps et l’esprit, ce sont deux années nécessaires où les doutes et les certitudes planent avant la prise de décision personnelle d’entrer en communauté.

Nous avons posé trois questions à  Fanny chrétien qui a réalisé ce film :

Pourquoi faire ce documentaire ?

J’étais alors employée à la Galerie du Vitrail de Chartres située face au portail nord de la cathédrale. Mes journées étaient rythmées par le passage des fidèles se rendant à la messe et le son des cloches de Notre-Dame. Leurs va-et-vient ressemblaient à une chorégraphie réglée comme du papier à musique. Au fil des saisons, je restais attentive à ces petits moments en m’attachant particulièrement à ces femmes, vêtues d’une longue robe grise et blanche… les sœurs de Saint-Paul de Chartres. Ces femmes éveillèrent ma curiosité. Sont-elles nombreuses ? D’où viennent-elles ? Y trouve-t-on de jeunes sœurs de mon âge ? Ainsi je provoquai différentes rencontres pour trouver des réponses à mes questions.

Je n'ai jamais eu d'éducation religieuse, bien que mon nom de famille puisse porter à confusion. Je me considère comme athée, quasi ignorante, et d'ailleurs je n’avais jamais été à la messe avant de rencontrer les sœurs de Saint-Paul de Chartres.

Dans la journée, il était fréquent que je croise une sœur en vélo, une seconde chez le cordonnier, une troisième au Monoprix et aussi dans des quartiers éloignés du centre-ville. Je discutai avec elles en toutes occasions, m’étonnai à la fois de leur modernité, de l’adaptation à notre époque et du décalage qui nous séparait : Internet, réseaux sociaux, la foi, l’habit, la chasteté, la maternité ou le célibat…

Comment filmer dans ce milieu hermétique ?

Les premières images que j’ai tournées datent de l’été 2016, mais elles ne serviront pas dans le film final.

J'avais besoin d'insérer l'idée de la caméra dans ce milieu quelque peu hermétique et qui m’était alors totalement étranger.

Fanny Chrétien

J’ai commencé à filmer en 2017 les 4 novices : Marie-Hélène, Hôi, Hanh et Mai.

J’étais présente régulièrement avec ou sans caméra, je menais de longs entretiens pour déceler les doutes et l’évolution de leur cheminement face à leur choix, tout en me projetant moi-même dans les futurs tournages et la construction narrative de mon film. Le film s’est écrit au fil des années avec quelques rebondissements puisque Marie-Hélène a fait le choix de quitter la congrégation à l’été 2018.

J’ai même été à Rome rencontrer la Supérieure Générale : Mère Maria Goretti Lee, de nationalité coréenne. Mais, cette séquence n’a pas trouvé sa place dans la narration du film.

Filmer pendant 3 ans et faire un film de 52 minutes c’est un véritable challenge. Faire un film c’est aussi faire des choix...

C'est difficile de choisir un titre de film ?

Le film s’appellait initialement "Je choisis le royaume des Reines"  en référence à la parole d’un prêtre lors de la cérémonie des vœux de la première profession.

J’étais très attachée à ce titre.. mais la réalité en a décidé autrement, c’est les aléas du documentaire, on écrit, on imagine un film et on s’adapte aux changements.

Dans "Le Choix d’une vie", j’esquisse les choix et les chemins que Marie-Hélène et Hôi ont pris, en entrant, en demeurant ou en sortant de la vie religieuse. J’interroge la nature intime et profonde de la foi.

► La première du film a eu lieu en Italie en septembre pour le festival Religion Today, le film sera diffusé le 26 octobre sur France 3 Centre-Val de Loire vers 23h.

Le film a été coproduit par Comic Strip Production, l’antenne régionale de France 3 Centre-Val de Loire et Pictanovo (Région Hauts-de-France). La post-production s’est entièrement déroulée à Lille, dans la Fabrique de France TV à Lambersart.

C’est toute une équipe qui doit être remerciée et particulièrement Thierry Aflalou (producteur), Guillaume Levil (consultant scénario), Bastien Rasinger (image), Julien Chardon (chef monteur), Estelle Horrenberger (chef monteuse) et Sylvain Coppins (compositeur de la musique originale).