centre
val de loire
Choisir une région

On vous embarque !

Le dimanche à 12.55
Logo de l'émission On vous embarque !

Orléans : 100 % vrac, la solution zéro déchet des nouveaux épiciers !

© 3e oeil / France Télévisions
© 3e oeil / France Télévisions

À Orléans, Pierre vous embarque à l'éco bocal, une épicerie zéro déchets.  Face à la pollution plastique, la réduction des déchets d’emballages est devenue un enjeu majeur de l’action écologique individuelle. Et en la matière, l’avenir est au vrac !

Par Emmanuel Delfarguiel et Cécile Mette

Revoir l'émission

Une goutte d’eau dans un océan de bonnes volontés !

Depuis l’été 2016, la mise à disposition de sacs plastique est interdite dans les supermarchés, sur les marchés ou dans les commerces de proximité. Si cette mesure part d’une bonne volonté, elle s’apparente un peu à un placébo au regard de l’incroyable densité des emballages et des plastiques dans les étalages des commerces.

Regardez un extrait de l'émission "On vous embarque" diffusée le 1er mars 2020 :
 

La statistique selon laquelle 91 % des déchets plastiques ne sont pas recyclés a de quoi pousser le consommateur sinon au sursaut, tout le moins à l’éveil. Ça tombe bien ! Consommer raisonnable en produisant un minimum de déchets, c’est possible et de plus en plus accessible.

L'Éco bocal à Orléans

L’idée tient en 4 lettres : « Vrac »

Depuis quelques années les adeptes du zéro déchet ont développé un concept aussi miraculeux que simplissime. L’idée tient en 4 lettres : « Vrac ».

Le principe ? Dans les épiceries « zéro déchet » les articles sont TOUS proposés sans conditionnement. Au client : la charge d’apporter ses contenants ; À l’épicier, la vente des contenus. Et le phénomène est en progression constante : en cinq ans, le Centre-Val de Loire a vu naitre une dizaine de ces magasins 100 % clean.

Un enthousiasme qui pourrait baisser face à la prédominance des grandes surfaces dans la région, à 10 contre 1000, la bataille semble perdue d’avance. Pourtant, David a préféré semer ses cailloux et Goliath va devoir suivre le chemin.
Du côté des associations anti-pollution, l’optimisme règne depuis que les sondages révèlent une prise de conscience aigüe des foyers français face à la pollution plastique. En résulte une augmentation de la fréquentation des commerces de détails estampillés bio et vrac.

Pour les nouveaux épiciers, l’avenir est au beau fixe et cette fois, ce sont peut-être les grandes enseignes qui devront s’adapter pour ne pas perdre du terrain. D’ailleurs, certaines proposent déjà des espaces « pêle-mêle ». Une façon d’abdiquer sans suivre les consignes mais qu’importe le vocabulaire, seule compte le résultat.
 

A lire aussi