• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Les agriculteurs d'Indre-et-Loire autorisés à faucher leurs jachères avec 59 autres départements

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume a annoncé lundi 29 juillet de nouvelles mesures contre la sécheresse dont l'autorisation du fauchage des jachères. L'Indre-et-Loire fait partie des 60 départements autorisés.

Par Elsa Cadier

De nouvelles mesures pour aider les agriculteurs touchés par la sécheresse

Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a annoncé lundi 29 juillet plusieurs nouvelles mesures en faveur des agriculteurs.
Il a décidé d'élargir à 27 nouveaux départements supplémentaires, dont l'Indre-et-Loire, la dérogation pour cas de force majeure afin de permettre aux éleveurs concernés par un manque de fourrage de valoriser leurs jachères. Ils sont désormais 60 départements à bénéficier de cette dérogation. 

Jugeant les conditions climatiques "difficiles", Didier Guillaume a également décidé d'autoriser les exploitants qui le demandent à "décaler au 20 août la date de présence obligatoire des cultures dérobées". Les cultures dérobées sont des cultures plantées entre deux cultures principales, visant à être récoltées peu de temps après avoir été semées et à être valorisées en fourrage. Les demandes seront acceptées "en fonction de l'évolution de la situation climatique", a précisé le ministère. 

Enfin, le ministre a appelé les agriculteurs à faire preuve de "solidarité entre eux", souhaitant voir des échanges se mettre en place entre le "départements disposant de fourrages et ceux en pénurie". 

Comme cela a été fait pour la sécheresse 2018, le dispositif des calamités agricoles sera activé dès le bilan de la sécheresse 2019 connu.


Une bonne nouvelle pour la FNSEA

"Une très grande majorité, voire tous les éleveurs nourrissent leurs animaux avec les stocks fourragers qu'ils avaient prévus pour l'hiver", s'est inquiétée Christiane Lambert, présidente de la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles, au terme d'un entretien avec le ministre. Au sujet des départements supplémentaires dont les agriculteurs sont autorisé à faucher les jachères, elle a salué "une bonne nouvelle".


Une décision prise trop tard pour la Coordination Rurale

La Coordination Rurale, elle, ne partage pas l’avis du ministre. Dans un communiqué, le syndicat agricole regrette le manque d'anticipation

"La Coordination Rurale, prenant la mesure de la situation prévisible pour les éleveurs à l’été 2019, a dès le 5 avril écrit au ministre pour l’alerter des faibles disponibilités fourragères des éleveurs au printemps. Sans réponse de sa part et une nouvelle sécheresse se profilant pour l’été, une relance a été transmise mi-mai pour demander une nouvelle fois la fauche des jachères afin que les éleveurs puissent constituer des stocks. « Il aurait été utile que le ministre prenne en compte nos demandes dès le mois d’avril, car aujourd’hui la valeur nutritionnelle des jachères se rapproche de celle de la paille. Aucun intérêt de donner cela à nos animaux. » indique Alexandre Armel, représentant de la section Viande de la CR et éleveur allaitant dans l’Allier."
 
Pour la Coordination Rurale, cette dérogation arrive donc trop tard et devrait concerner tous les départements pour permettre une plus grande disponibilité. Elle s'inquiète également de l'envolée du prix des fourrrages comme l'an dernier.  
 

A lire aussi

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus