• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Une député d'Indre-et-Loire tacle Marine Le Pen : “Je m’attendais à tout en politique mais pas à ce niveau de mensonges”

Conférence de presse de Marine Le Pen en compagnie de Jordan Bardella et Thierry Mariani pour les élections européennes, le 19 janvier 2019. / © max ppp - Christophe AGOSTINIS
Conférence de presse de Marine Le Pen en compagnie de Jordan Bardella et Thierry Mariani pour les élections européennes, le 19 janvier 2019. / © max ppp - Christophe AGOSTINIS

"L'information" tourne depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux : un nouveau traité prévoirait la cession de l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne. Un "acte de trahison" selon Marine Le Pen, un mensonge éhonté s'indigne Sabine Thillaye, député LaREM de la 5ème circonscription d'Indre-et-Loire.

Par Fabienne Marcel

Il s'agit du traité d'Aix-la-Chapelle, qui doit être signé le mardi 22 janvier 2019. Selon plusieurs médias "de réinformation", ce nouveau traité prévoit, ni plus ni moins, la cession de l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne. L'extrême droite, de Debout la France à Marine Le Pen, a très largement partagé et communiqué sur cette "nouvelle trahison de la Nation".
Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, Marine Le Pen s'insurge.  « En signant ce traité d'AixLaChapelle en catimini, Emmanuel Macron commet un acte qui relève de la trahison. » Mise sous tutelle d'une part de l'Alsace, partage de notre siège au Conseil de sécurité de l'ONU : j'alerte les Français sur le traité d'Aix-la-Chapelle", a déclaré la présidente du Rassemblement national. Marine Le Pen le considère comme un traité surprise, annoncé au dernier moment, au contenu opaque et qui va faire "s’effondrer la puissance de notre pays", en poussant la "perte de souveraineté" de la France. À l’occasion de plusieurs interventions télévisées, elle a insisté sur le fait que ce traité "va détruire ce que le Général de Gaulle avait fait, en envisageant de partager notre siège au Conseil de sécurité de l’ONU avec l’Allemagne !".
 
Des propos qui ont fait réagir Sabine Thillaye, député LaREM de la 5ème circonscription d'Indre-et-Loire.

Je m’attendais à tout en politique mais pas à ce niveau de mensonges délibérés !

s'indigne l'élue tourangelle sur son compte Twitter. "La politique s’honore dans le débat d’idées. Elle s’abîme dans le partage de FakeNews Il n’y aura ni tutelle de l’Alsace ni partage du siège au Conseil de sécurité dans le Traité Aix La Chapelle".
En effet, le traité d'Aix-la-Chapelle ne va pas vendre l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne comme l'expliquent nos confrères de France 3 Grand Est. Le traité a pour but une convergence dans certains domaines, économiques ou diplomatiques par exemple. Selon l'Elysée, "ce sera un marqueur fort de la coopération régionale et transfrontalière. Il s'agit de s'adapter à la réalité locale, comme sur la question des transports ou encore du bilinguisme: c'est profitable aux deux parties." 
Emmanuel Droit, enseignant à l'Institut d'études politiques (IEP) de Strasbourg et spécialiste des relations franco-allemandes, interrogé par France 3 Alsace, y voit un symbole à l'approche des élections européennes... et c'est à peu près tout. "C'est un geste de communication politique, pour rappeler à l'Union européenne la prééminence du couple franco-allemand", a t'il précisé.

Nathalie Loiseau, Ministre des AffairesEuropéennes, a regretté également la désinformation qui a eu lieu sur le sujet.  Elle est revenue sur le traité au micro de France Inter le mercredi 16 janvier. "Ce nouveau traité d'amitié franco-allemand ravit les Alsaciens, car il y a toute une dimension transfrontalière, pour faciliter la vie des gens.

A lire aussi

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus