Fermeture de l'usine Sandvik à Fondettes : plus de 54 reclassements proposés

Le 23 octobre, le groupe Sandvik avait anoncé la fermeture de son usine de Fondettes, qui employait 161 salariés. 
L'usine Safety à Fondettes en Indre-et-Loire
L'usine Safety à Fondettes en Indre-et-Loire © Google Stree views
Les négociations ont commencé. Selon la Nouvelle République, deux réunions ont eu lieu hier pour commencer à organiser un retour à l'emploi des salariés menacés par la fermeture de l'usine Sandvik à Fondettes. 

Ce site de production de plaquettes automobiles avait annoncé sa fermeture à la mi-octobre, causant le désarroi des 161 employés du groupe suédois. 

Selon nos confrères, la filiale du groupe suédois recherche un repreneur, mais ne compte pas imposer comme condition la reprise du personnel. "Il n'y aura pas de licenciement contraint avant le seconde semestre de 2019. Nous allons maintenant accompagner le mieux possible les salariés pour des reclassements au sein du groupe ou à l'extérieur" avait assuré la direction auprès de France 3.
 

Sandvik disperse ses anciens employés


14 employés pourront être ré-embauchés à Orléans, 40 autres entre Bourges, la banlieue lyonnaise et la banlieue strasbourgeoise. Ce n'est évidemment pas une configuration idéale, pour des employés qui seront peut-être contraints de vivre loin de leur famille, ou de déménager avec les leurs. 

La NR indique que quelques autres postes, réservés aux plus qualifiés, seront aussi proposés en Suède. Le sort des autres employés, plus spécialisés et plus âgés, reste incertain. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie licenciement