• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Human Tech Days : Freebulle, petite appli devenue grande

Jennifer Champion et une maman ambassadrice, aux Human Tech Days, à Tours / © Yacha Hajzler / France 3 CVDL
Jennifer Champion et une maman ambassadrice, aux Human Tech Days, à Tours / © Yacha Hajzler / France 3 CVDL

En mars 2018, cette application de garde créée par une maman de Saint-Pierre des Corps sollicitait un petit coup de pouce. Aujourd'hui, Freebulle est sur le point de se lancer vers le grand public. 

Par Yacha Hajzler

"On n'a eu aucun problème relationnel au sein de la communauté de parents. On a plutôt eu des souci liés à la conception, les visuels... C'est quelque chose qu'on a beaucoup testé en amont et qu'on a pu réajuster avant la sortie de l'applicationrésume Jennifer Champion, derrière son stand Human Tech Days.

En mars 2018, cette maman de Saint-Pierre-des-Corps et ancienne assistante sociale sollicitait, via la plateforme Ulule, un petit coup de pouce pour son nouveau projet. 
 
 

Le succès des bulles


"Freebulle, c'est une application mobile qui permet aux parents de s'échanger du temps de garde, pour avoir une solution en cas d'urgence, ou de restau en amoureux" explique-t-elle. 

Freebulle utilise un système de crédits virtuels, les "bulles", que l'on peut accumuler en rendant service et dépenser pour être dépanné. Si vous n'en avez pas accumulé suffisamment, vous pouvez également en acheter.

Sur Ulule, le concept a séduit au point de dépasser le pallier prévu. Montant des dons : plus de 6800 euros. "Avec cet argent, on a formé notre développeur à d'autres technologies, on a payé des prestataires pour avancer sur l'application mobile, et c'est assez onéreux, on a investi dans du matériel qui nous sert aux rencontres pour accueillir les enfants..." énumère la jeune entrepreneuse. 
 

"Pas un inconnu derrière son PC"


L'application a revu certains de ses principes de fonctionnement. Plus question, par exemple, de demander les casiers judiciaires. D'abord, parce que la CNIL impose, pour ces données, un système de stockage très rigoureux, et coûteux. "L'autre raison, c'est par rapport à la validité de ces extraits de casier, parce que sur la durée, un casier peut être amené à changer, et on ne peut pas le redemander tous les ans aux gens."

La certification des profils se fait désormais sur la foi des retours d'expérience : trois gardes et trois demandes de garde, et bien notés par les autres utilisateurs. "Il faut aussi être co-opté par des gens. Ça veut dire qu'on vous a vu, présent, à des rencontres, on sait que vous êtes vraiment une famille et pas un inconnu tout seul derrière son PC" rit la fondatrice. 


Zones rurales, handicap : une appli inclusive


Aujourd'hui, plus de 300 familles font partie de la communauté qui teste cette application. Mi-février, elle sera lancée en circuit fermé à Tours, pour Apple et Android, avant d'être ouverte au public de Tours, puis de toute la région, courant mars. "Le retour c'est qu'on crée du lien social sur un territoire, et qu'on couvre aussi les zones rurales" souligne Jennifer Champion. 

Pendant que l'on discute, au stand, un homme s'approche. Il souhaite savoir si l'application s'adresse aussi aux parents d'enfants handicapés. "Ces parents-là sont déjà les bienvenus, même s'ils ont des besoins spécifiques. Ce que je souhaite développer, c'est pouvoir préparer les autres familles à un accueil bienveillant et adapté de ces enfants, donc mettre en place des ateliers, des conférences, pour qu'ils se sentent mieux armés" révèle l'entrepreneuse. 
 

Parents sans emploi qui ont profité de l'appli pour rebondir, qui ont pu reprendre des cours du soir, ou simplement laisser leurs enfants avec des copains pour aller au cinéma en évitant la "soupe à la grimace" au retour : les profils sont nombreux. Et ce n'est pas fini car, après la région, Freebulle s'implantera à Lyon.
 

Parents intéressés ?

La prochaine rencontre de parents Freebull aura lieu samedi 26 janvier, au Triple Hop (26 rue Hippolyte Monteil à Saint-Pierre-des-Corps). 

Vous pouvez également suivre le compte twitter de Freebulle, ou sa page Facebook

A lire aussi

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus