Indre-et-Loire : moins cher que le fioul, le gaz ou l’électricité, le chauffage au bois a la cote et la demande augmente en Touraine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Dominique Pouget
Coupe de bois de chauffage à Orbigny (Indre-et-Loire)
Coupe de bois de chauffage à Orbigny (Indre-et-Loire) © Ets Gérald Flet

Avec l’arrivée des températures négatives, les prix du fioul, du gaz et de l’électricité qui augmentent régulièrement,  le chauffage au bois séduit les tourangeaux. La demande est en augmentation chez les fournisseurs d’Indre-et-Loire.

Le bois de chauffage : Une demande en hausse et des délais plus longs.

Pour avoir chaud cet hiver sans avoir des factures astronomiques de gaz, de fioul ou d’électricité, à cause des prix, les poêles à bois et cheminées ont la cote chez les tourangeaux, qui ont choisi de passer au chauffage au bois. Pour les fournisseurs de bois, en Indre-et-Loire, ce n’est pas si simple de fournir en bûches ces nouveaux clients, car ils se précipitent tous, en même temps pour acheter du bois et depuis 2 ans, avec les périodes de confinement, il y a eu moins de coupes dans les forêts. Donc moins de stocks.

Alexis Fouché, a monté son auto-entreprise "Au vieux chêne" en 2013 à Cheillé près d’Azay-le-Rideau. Transformateur et vendeur de bois de chauffage, il achète son bois en circuit court dans la forêt de Chinon à l’ONF, pour réduire son empreinte carbone et vend ce bois de chauffage essentiellement à des particuliers.

«Il y a une forte demande, j’ai surtout ressenti cette hausse en octobre, tout le monde voulait être livré le même jour ! Avec les confinements il y a eu moins de coupes de bois, donc moins de stock" nous confie Alexis Fouché.

L’idéal est de s’organiser, de faire une commande au printemps et d’avoir du bois d’avance pour l’année. "Certains se plaignent que le bois n’est pas assez sec mais on ne s’attendait pas à ce que tout le monde veuille des bûches en même temps. Du coup on se retrouve à taper dans les stocks de l’année dernière, donc forcément le bois est un peu moins sec." Car il faut entre 18 mois et 2 ans pour bien le  faire sécher.

 Quelqu’un qui commande aujourd’hui sera livré dans 2 mois 

Gérald Flet, marchand de bois

Gérald Flet et son épouse sont marchands de bois depuis 17 ans, à Orbigny, dans le sud Touraine. Pour eux aussi, la demande de bois de chauffage est en hausse.

Gérald Flet achète son bois dans les scieries autour de chez lui, le transforme en bûches et fournit des clients dans 3 départements, l’Indre-et-Loire, l’Indre et le Loir-et-Cher. Situé entre Loches et Saint-Aignan sur Cher il livre à la campagne et aussi dans les villes, à Bléré, Amboise, Levroux, Selles-sur Cher.

"Suivant les secteurs, c’est vrai qu’il y a une augmentation de la demande, pour moi je dirai 10% et jusqu’à 20% pour certains collègues."

Pourquoi cette préférence pour le chauffage au bois ?

Concernant les clients, il y a des profils différents. Des personnes qui se chauffent au bois depuis des années et qui constatent que les délais sont de plus en plus longs depuis la crise sanitaire et les tarifs de plus en plus élevés. Ils essaient d’avoir du stock d’avance pour contrer les prix des autres énergies. Selon eux, même si le prix du bois augmente, il reste presque deux fois moins élevé qu’un chauffage au fioul ou au gaz.  

Il y a aussi des nouveaux clients qui installent des poêles à bois, mais plus il y a de demandes plus il risque aussi d’y avoir des mécontents.

"Il y a plus de demandes mais on ne peut pas faire plaisir à tout le monde : il y a des clients qui attendent leur bois depuis deux mois et quelqu’un qui appelle aujourd’hui veut être livré dans la semaine. Ce n’est pas possible."

Il existe aussi le problème du stock et du séchage. Un séchage de trois ans quand Gérald a commencé il y a dix-sept ans, deux ans il y a dix ans et 18 mois aujourd’hui. Gérald Flet donne toujours le même conseil depuis dix-sept ans !

"Il ne faut pas que le particulier attende qu’il lui reste 3 bûches pour commander, il faut qu’il prévoit un roulement de son stock. On a beau dire aux clients de réserver le plus tôt possible il y a toujours un coup de bourre en octobre, novembre, décembre mais après c’est plus calme."

Et même si cette année Gérald Flet a 10% de commandes en plus, il reste prudent sur la suite, si cette hausse continue à perdurer dans le temps, tant mieux, il pourra peut-être  envisager de prendre un préparateur en plus pour la livraison mais il attend de voir si l’engouement des gens qui choisissent le chauffage au bois continuera, car il nécessite une présence plus importante qu’une chaudière au gaz, pour recharger le poêle ou la cheminée.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.