Saint-Cyr-sur-Loire : polémique autour du parking de la clinique de l'Alliance qui devient payant

La clinique de l'Alliance (désormais appelée NCT+), au nord de l'agglomération tourangelle, a été inaugurée en 2007 / © Benoît Bruère / France 3 CVDL
La clinique de l'Alliance (désormais appelée NCT+), au nord de l'agglomération tourangelle, a été inaugurée en 2007 / © Benoît Bruère / France 3 CVDL

Depuis la mi-septembre, le parking de la clinique privée de l'Alliance, à Saint-Cyr-sur-Loire, est payant. La gratuité c’est fini, pour se faire soigner il faut payer. Un choix de la direction, imposé sans aucune concertation, mais très mal vécu par les patients, leurs familles et les praticiens.

Par Benoit Bruere

Vous aviez l’habitude de vous rendre à Saint-Cyr-sur-Loire à la clinique de l’Alliance (NCT +) pour consulter ou rendre visite à un proche ? Vous vous gariez sans vous poser de questions ? Désormais, au-delà d'un quart d'heure, vous devez payer, vous n’aurez pas le choix pour ressortir. Il faut ensuite mettre la main au portefeuille : 50 centimes par quart d'heure. Au total, sur une journée, cela peut représenter une douzaine euros dans le cadre, par exemple, d'une hospitalisation en ambulatoire.

Les patients écoeurés

Bien sûr, les premiers concernés, les patients, ne comprennent pas. Sur le parking, Didier s'exclame :

 C’est du vol, c’est lamentable…venir se faire soigner pour payer du parking, franchement c’est honteux ». Plus loin, Véronique ajoute "C'est un véritable racket organisé. On ne peut pas ne pas payer quand on a un rendez-vous si difficile à obtenir.

Sur Facebook, les commentaires sont nombreux pour dénoncer cette nouvelle politique tarifaire mise en place par la direction de l'établissment de santé.
 

Quand on se présente sur le parking en dehors des heures de pointes, la clinique semble déserte. Les patients et les accompagnateurs se sont garent sur les trottoirs ou sur les pakings des commerces voisins. Ce que confirme un patient habitué de la clinique :

Il y a une véritable anarchie dans le stationnement, tout le monde fait tout et n'importe quoi. La police municipale de Saint-Cyr sur Loire est même venue l'autre jour pour verbaliser.

 

Les praticiens en colère


De leur côté, les praticiens confirment « les patients sont très mécontents et s’insurgent contre nous-mêmes, les médecins, alors que nous n'avons rien à voir avec ce système. » Effectivement, les praticiens sont tous unanimement opposés à ces parkings devenus payants et ils n'ont pas été associés.

Parmi ceux joints par téléphone, l’un d’entre eux était particulièrement agacé : 

 On ne peut rien faire en un quart d’heure. C’est juste impossible. On se moque du patient ! Nous ne sommes pas à l’aéroport ou à la gare, nous avons une Délégation de Service Public délivrée par l'Agence Régionale de Santé (ARS) (...) La gratuité (NDLR : 15 min) n’a pas été prise en compte dans l’usage que l’on se fait d’un établissement de soin. En un quart d’heure, on n'a pas le temps de rien faire même pas un scanner avec une IRM.

Certains vont plus loin : "La gratuité pour un quart d'heure est totalement opposée au code de déontologie des médecins. Depuis que j'ai prêté le serment d'Hypocrate, je dois aider l'indigent. Et ce type de frais liés au stationnement de parking... les indigents ne peuvent pas se le payer". Ce choix unilatéral a été décidé par Christophe Alfandari. Il est le président du Directoire de la Nouvelle Clinique Tours Plus par l'intermédiaire de la société, Kingspark basée au pays Basque, qui organise et reverse une partie de la redevance sur les recettes.
 
C'est la société Kingspark qui a été sélectionnée pour assurer l'exploitation du parking de la NCT+
C'est la société Kingspark qui a été sélectionnée pour assurer l'exploitation du parking de la NCT+
 

Le représentant des médecins de la clinique fermement opposé

Ce qui provoque l'incompréhension du président de la CME, la Commission Médicale d'Etablissement, Eric Hazouard, les praticiens sont opposés pour trois critères :

Ce système de parking mis en place n'est pas du tout adapté au processus d'entrée ni de sortie des patients. Il faut toujours plus d'un quart d'heure à l'entrée ou au départ. Les patients payent deux fois lors d'une hospitalisation. Idem pour les consultations. Au niveau opérationnel, le quart d'heure ne se justifie pas. Nous, les médecins, nous n'avons pas été consultés alors même qu'on est partie prenante dans ce dossier. Nous demandons deux heures de gratuité non négociable.

Autre argument développé par le président de la Commission Médicale d'Etablissement : un patient qui est hospitalisé pour des pathologies sévères, graves ou un suivi se trouve confronté à une obligation non libre de payer un service qui n'appartient pas à la communauté médicale et pour laquelle on n'a pas été consulté. En effet, les médecins ont choisi de consulter dans les lieux de la NCT+  sans aucun engagement contractuel lié au parking payant.

On se retrouve à un changement de contractualisation avec une assymétrie du rapport de force en nous. Par exemple, pour les cardiologues (les ex de Saint-Gatien en centre-ville de Tours), ils ont décidé de venir consulter dans l'enceinte de la clinique l'an passé alors même qu'ils n'avaient pas connaissance de cette tarification. Il y a un déni de relation commerciale, ce n'est pas acceptable.

Enfin, toujours selon Eric Hazouard, il n'existe pas d'informations physiques pour les patients avant d'arriver sur la clinique ni sur le site. Il n'y a pas d'affichage qui stipule que c'est payant. Les patients sont pris au piège, mis devant le fait accompli. Il y a une faute commerciale. 

Pour sortir, il faut s'acquitter de 50 centimes d'euro par 1/4 d'heure après les 15 premières minutes gratuites / © Benoît Bruère
Pour sortir, il faut s'acquitter de 50 centimes d'euro par 1/4 d'heure après les 15 premières minutes gratuites / © Benoît Bruère

Selon nos informations, contrairement à ce que pensent certains patients, les médecins n'ont pas d'actionnariat au niveau de la clinique du NCT+. Les bénéfices faits sur les recettes du parking ne sont pas rétrocédés et vont directement à la holding "Saint-Gatien" voire au-delà à la holding SISIO. Les seuls qui pourraient peut-être profiter de cette situation, en dehors de la holding "Saint-Gatien" ou "SISIO", ce sont les chauffeurs de taxi et les ambulanciers. Les patients ne viendront plus par leur propre moyen pour ne pas rester garés toute une journée. Cela pourrait augmenter le coût pour pour la Sécurité Sociale.

Le silence de la direction de l'établissement de santé


Joint par téléphone et par mail, la direction n'a pour l'instant pas souhaité s'exprimer sur ce sujet : "Aucune réaction ne sera faite sur ce sujet" a précisé le responsable de la communication.

Finalement, selon certains patients et praticiens, ce parking payant remet en cause un principe simple de la République : la liberté et l'égalité d'accès aux soins. Ce "barrage économique" pourrait refroidir des malades refusant de venir se faire soigner. Faut-il y voir une atteinte au modèle social français ?
 

Projet en cours au sud au Pôle Santé Léonard de Vinci (PSLV) et....à l'hôpital Trousseau ?

Au sud, rebelote. La clinique du Pôle Vinci à Chambray-les-Tours va elle aussi rendre payant le stationnement. Mais, bonne nouvelle, les patients auront droit à 45 minutes gratuites dès le mois de novembre. La CGT s'inquiète de cette décision. Le tarif est pour l'instant tenu secret même si la gestion est confiée à la même société que l'Alliance, Kingspark. 

Même l'hôpital public serait concerné par un projet de parking payant. Dans le cadre des travaux de réabiliation et de restructuration du nouvel hôpital de Tours, le CHU Trousseau à Saint-Avertin aurait prévu un parking payant. Les plans établis pour mener à bien ces travaux en attestent même si pour l'instant rien à fuité officiellement. Quatre cent millions d'euros sont investis dans ce vaste projet, les travaux doivent commencer en 2021.

Sur le même sujet

Les + Lus