Cyclisme : le Paris - Tours redistribue les cartes

L'arrivée du Paris-Tours, édition 2016 / © LA NOUVELLE REPUBLIQUE/MAXPPP
L'arrivée du Paris-Tours, édition 2016 / © LA NOUVELLE REPUBLIQUE/MAXPPP

Habituellement course chérie des sprinteurs, son nouveau parcours devrait un peu leur compliquer la tâche. 

Par Avec AFP

Le nouveau Paris - Tours va-t-il enfin voir les sprinteurs détrônés ? Ce sont en tout cas les attentes de certains, alors que le parcours a été complètement chamboulé par rapport aux années précédentes. 

Celui-ci comporte sept nouvelles côtes dans les 60 derniers kilomètres et surtout 12,5 kilomètres de chemins de calcaire à travers les vignobles près de la Loire. 
    
"Sportivement, on a un certain équilibre entre les attaquants et les sprinteurs", estime le directeur sportif du Tour de France, Thierry Gouvenou, à l'origine de ce changement.  "Les 12 derniers kilomètres, sur des belles routes, ne sont pas favorables à un homme seul. Mais il y a de quoi faire avant", ajoute-t-il. A plus forte raison si la pluie s'en mêle.
 

Quick-Step affaiblie ? 


Une inconnue qui excite autant le directeur sportif que les coureurs. Christophe Laporte, l'un des favoris français, abonde dans ce sens. "Je me sens bien et ça peut me convenir", estime le coureur de Cofidis, conscient que les nouvelles difficultés changent la donne et compliquent la course pour les anciens rois, tels le Néerlandais Dylan Groenewegen, double vainqueur d'étape sur le Tour. 

Les cartes sont aussi rebattues par la recomposition de l'équipe invaincue depuis 3 ans, Quick-Step. Son sprinter, le colombien Fernando Gaviria, ne sera pas de la partie.

Le groupe s'en remet à Fabio Jakobsen, le plus rapide de son écurie, mais aussi à Philippe Gilbert, déjà deux fois vainqueur et qui fait un retour triomphal après une blessure à la rotule. 


 

Sur le même sujet

Les + Lus