• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Familles bulgares de La Riche (37) : la scolarisation des enfants est le nouveau combat du comité de soutien

Les familles bulgares vivent dans des conditions d'insalubrité depuis des mois. / © Bernadette Lucas
Les familles bulgares vivent dans des conditions d'insalubrité depuis des mois. / © Bernadette Lucas

Alors que les familles bulgares des Iles noires de La Riche devraient être expulsées mi-mars, RESF 37 dénonce la non-scolarisation des enfants. Le comité de soutien constate que les conditions de vie de ces 90 personnes n'ont pas été améliorées malgré l'enveloppe de 40 000 euros donnée par l'Etat.  

Par Marine Rondonnier

La justice a tranché fin juin. Les familles bulgares de La Riche avaient quatre mois pour quitter les Iles noires à 3km du centre de la commune de La Riche (Indre-et-Loire), dans un bidonville..
Depuis, l'Etat a accordé une enveloppe de 40 000 euros pour accompagner ces 90 personnes vers le soin, l'emploi, la scolarisation et le logement.

Avec la trêve hivernale, elles pourraient rester jusqu'à mi-mars.


" Le problème c'est que depuis rien n'a changé" déplore Bernadette Lucas, riveraine à l'origine du comité de soutien. "Leurs conditions de vie sont déplorables. Les enfants ne sont pas scolarisés. Ils n'ont ni eau ni électricité. Seule une assistante sociale a été engagée et un diagnostic demandé à l'association parisienne Trajectoires. C'est à ça que doit servir l'argent. Parce que pour le reste c'est statu quo. "

RESF demande la scolarisation de tous les enfants


Bernadette Lucas travaille avec Réseau éducation sans frontière ( RESF 37) pour demander la scolarisation des enfants. "La mairie a décidé avec la Direction Académique de donner deux fois deux heures de français à cinq enfants au centre social Equinoxe. Et c'est tout. Pourquoi 5 ? Quels enfants? C'est une vraie discrimination. "

RESF 37 devrait organiser une conférence de presse lundi 11 mars pour  demander la scolarisation des enfants à La Table de Jeanne Marie à Tours. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus