Fête de la science en Centre Val de Loire : Fabriquez des neurones avec l'INSERM 1253

Frédéric Laumonnier et Patrick Vourc'h, bien décidés à vulgariser leurs recherches sur les neurones / © F3CVDL NL
Frédéric Laumonnier et Patrick Vourc'h, bien décidés à vulgariser leurs recherches sur les neurones / © F3CVDL NL

Au village de la science de Tours, samedi 5 et dimanche 6 octobre, l'INSERM 1253 propose un voyage au cœur du cerveau. Entre génétique et neuro-sciences, l'occasion de connaître fonctionnement et dysfonctionnement du réseau de nos neurones.

Par Nathanael Lemaire

Entre l'atelier d'extraction de l'ADN d'une banane et la construction en fil de fer d'un réseau neuronal, les visiteurs du village des sciences de Tours vont pouvoir plonger au cœur de l'activité d'un laboratoire de pointe. Les chercheurs de l'INSERM 1253 étudient les rapports entre la génétique, les neurones et les maladies du cerveau.
© Inserm 1253
© Inserm 1253

Installé au troisiéme étage de la faculté de médecine, ce laboratoire travaille avec l'hopital voisin.
 
800 gènes impliqués
800 gènes impliqués


Patrick Vourc'h, enseignant-chercheur à l'INSERM, explique l'objet de recherche de ce laboratoire : "C'est d'essayer de trouver les causes de diverses pathologies, du développement anormal et de la mort des neurones, dans diverses maladies neuro-dégénératives avec des outils génétiques et d'imagerie médicale".
 
Frédéric Laumonnier, chercheur et Patrick Vourc'h, enseignant-chercheur
Frédéric Laumonnier, chercheur et Patrick Vourc'h, enseignant-chercheur


Frederic Laumonnier, chercheur INSERM, précise l'intérêt de faire travailler ensemble des cliniciens et des chercheurs de la recherche fondamentale : "On travaille sur des maladies comme l'autisme, les déficiences intellectuelles, Parkinson, Alzheimer, la maladie de Charcot avec une approche qui démarre avec le patient suivi au CHU de Tours et on étudie d'éventuelles mutations génétiques pour comprendre comment elles affectent le fonctionnement du cerveau. Notre objectif scientifique est de comprendre dans une perspective thérapeutique, pour essayer de guérir ces maladies".

Ces chercheurs spécialistes des maladies neuro-dégénératives incluent dans leurs missions la rencontre avec le public. La fête de la science est pour eux l'occasion de montrer à travers des animations autour du neurone ce qu'ils font dans leur laboratoire.
 

En sortant le laboratoire de ses murs, Patrick Vourc'h, a aussi des espoirs pour l'avenir : "il s'agit aussi de prévoir demain dans cette faculté de médecine avec l'arrivée de futurs chercheurs. On espére faire naitre trés tot cette fibre scientifique et médicale chez les jeunes, car il y a encore énormément de chose à découvrir dans notre domaine, la recherche sur le cerveau, il y en a encore pour très longtemps même si on avance vite en connaissance".



 

Sur le même sujet

Les + Lus