• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Indre-et-Loire: 4 individus qualifiés de gilets jaunes pris en flagrant délit de dégradations en réunion sur des péages

© Gendarmerie Indre-et-Loire
© Gendarmerie Indre-et-Loire

Trois hommes et une femme, qualifiés de "gilets jaunes" par les gendarmes, ont été interpellés dans la nuit du 27 au 28 janvier pour dégradations en réunion sur les péages de Monnaie et Autrèche.

Par France 3 Centre-Val de Loire

"Barrières cassées, caméras arrachées et taguées, postes de réglements CB détruits par intrusion de colle"... Dimanche 27 janvier, aux alentours de minuit, 4 individus (3 hommes et 1 femme) ont été "pris en flagrant délit pour des dégradations de bien d'utilité publique en réunion" sur les péages de Monnaie et Autrèche, a-t-on appris auprès des forces de l'ordre du département.

Alertés par la société Cofiroute, les militaires du peloton de Monnaie décident de se diriger immédiatement sur le péage de Monnaie. Mais le temps d'y arriver, il est déjà trop tard. Plus personne n'est présent sur les lieux. Seuls les actes de vandalisme sont observés.

Un brin frustrés mais pas découragés, les gendarmes décident de se rendre au péage d'Autrèche, où des dégradations ont également été signalées. Cette fois-ci, racontent les gendarmes d'Indre-et-Loire, "à leur arrivée, plusieurs individus prennent la fuite, certains en véhicule, d’autres à pied dans un bois". L'un des quatre suspects est alors interpellé quelques minutes plus tard.
 

Convoqués devant le tribunal 

Une patrouille de Château-Renault, engagée en renfort, va intercepter le véhicule correspondant à celui en fuite et interpeller les trois autres membres du groupe. "La perquisition effectuée dans le véhicule permet de découvrir des pistolets à colle ayant servi à obstruer les bornes des péages", rapporte les militaires.

Les quatre individus, tous résidents en Indre-et-Loire, ont ensuite été placés en garde à vue pour "dégradations de bien d'utilité publique en réunion". Ils ont également reçu une convocation devant le tribunal correctionnel de Tours.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus