• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

21 voitures incendiées à Issoudun : deux suspects mis en examen

Tribunal de Châteauroux (Indre) / © Google View
Tribunal de Châteauroux (Indre) / © Google View

Dans la nuit du 23 au 24 mai, une vingtaine de voitures a brûlé dans le secteur de l'Hospice Saint-Roch à Issoudun. Deux hommes sont mis en examen. Ils ont expliqué avoir voulu maquiller des tentatives de vol.

Par Fabienne Marcel

Deux personnes ont été mis en examen vendredi soir, pour des chefs de tentative de vol de véhicule en réunion, vol de véhicule et dégradation par moyens dangereux. Il s'agit de deux hommes, âgés de 33 et 41, et originaires respectivement de Châteauroux et de Vierzon.

Connus tous les deux défavorablement par les services de justice, le plus jeune a été condamné à de multiples reprises pour des infractions routières, vol aggravé, dégradations. Il a été placé en détention provisoire. L'autre homme mis en examen a déjà deux infractions à son casier judiciaire et a été placé sous contrôle judiciaire avec l'interdiction de se rendre à Issoudun. Il réside actuellement hors du département de l'Indre.
Pendant leur garde à vue, les deux hommes ont expliqué les raisons de l'incendie des 21 véhicules. Les deux suspects résidaient tous les deux à Issoudun et se connaissaient. Au moment des faits, ils étaient alcoolisés et sous l'emprise de stupéfiants. Ils décident alors de voler une voiture. Après plusieurs tentatives infructueuses sur plusieurs voitures, ils mettent le feu aux véhicules pour tenter de cacher leur tentative de vol. L'incendie s'est alors propagé à d'autres véhicules stationnés dans la rue.
L'information judiciaire doit maintenant permettre de définir le profil psychologique de la personne qui a été incarcérée, et qui souffrirait de troubles psychiatriques importants. Il s'agira de déterminer sa dangerosité sociale et psychiatrique.

"Aucun lien établi" selon la Procureure sur les coups de feu au domicile du maire 

Dans la foulée des incendies, le maire d'Issoudun était visé par des coups de feu à son domicile. La Procureure de la République de Châteauroux, Stéphanie Aouine, a confirmé que contrairement à ce que semblait supposer le maire André Laignel, aucun lien n'a été établi avec les faits d'incendies de véhicules.

A lire aussi

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus