• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Indre : le conseil départemental reconnaît sa responsabilité dans l'incendie de Chalais

Près de 800 hectares ont été détruits par le feu dans les communes de Chalais et Lignac, dans l'Indre, le 18 septembre. / © F3
Près de 800 hectares ont été détruits par le feu dans les communes de Chalais et Lignac, dans l'Indre, le 18 septembre. / © F3

L'incendie qui s'est déclaré à Chalais le 18 septembre, en même temps qu'un autre feu à Lignac, avait détruit 800 hectares de forêt. C'est un engin de débroussaillage du département qui est à l'origine du sinistre, a reconnu le conseil départemental.

Par Bertrand Mallen

Une semaine après le sinistre, le bilan est dramatique : les deux incendies qui ont touché les communes voisines de Lignac et Chalais, dans l'Indre, ont détruit jusqu'à 800 hecatres de forêts, d'herbes sèches et de broussailles. Si les origines du feu de Lignac restent mystérieuses, on en sait un peu plus sur celui de Chalais. C'est un engin de débroussaillage utilisé au bord d'une route qui, en frottant sur des fils métalliques, aurait provoqué les étincelles à l'origine du sinistre.

"Le chauffeur s'est rendu compte qu'un feu s'était déclaré et qu'il y avait un vent extrêmement tournant et fort", a expliqué à France 3 Serge Descout, président du conseil départemental de l'Indre. Bien qu'il soit équipé d'un extincteur, l'employé est rapidement dépassé par l'ampleur du feu, et appelle les pompiers "séance tenante", ces derniers étant déjà engagés sur la commune voisine de Lignac, où 665 hectares ont été détruits. L'Indre a été particulièrement touché par la sécheresse et les incendies au cours de l'été.

Cette reconnaissance du conseil départemental de sa responsabilité de l'incendie devrait considérablement faciliter les démarches des victimes auprès des assurances. Le conducteur de l'engin est quant à lui "traumatisé", confie Serge Descout, qui dit lui apporter tout son soutien. "C'était un accident."

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus