La police va devoir arrêter plus de sans-papiers

© France 3 centre
© France 3 centre

Les policiers du Loir-et-Cher ont pour mission d'arrêter trente réfugiés au 2e semestre.

Par Xavier Naizet

video title

Réaction de RESF aux consignes de la police (41)

Le ministère de l'Intérieur réclame 35 arrestations de demandeurs d'asile en Loir-et-Cher. Le Réseau Education Sans Frontières a publié sur son site internet une note confidentielle de la police plutôt embarrassante. intervenante : Marie-Anne Clément (Réseau Education sans Frontière)

Le Réseau Education Sans Frontières a publié sur son site internet une note confidentielle de la police plutôt embarrassante. Rédigée par le directeur départemental de la sécurité publique, elle rappelle à tous les policiers de Loir-et-Cher les consignes du ministère de l'Intérieur pour l'année 2011.

Dans cette note de service, on découvre que la priorité des priorités n'est pas la lutte contre les violences aux personnes ni contre la criminalité organisée. Pour le ministère, la priorité absolue est maintenant l'arrestation d'un plus grand nombre de demandeurs d'asile. Les policiers ont même des objectifs chiffrés à atteindre, comme le précise ce document :

"Le nombre de reconduites d'étrangers en situation irrégulière devient l'objectif prioritaire pour le reste de l'année 2011(...) Pour rappel, l'objectif 2011 est fixé à 35 pour le département du Loir-et-Cher. Nous sommes actuellement à 6 reconduites effectives, ce qui est insuffisant."

Selon le syndicat Unité-Police, ces consignes se murmurent parfois dans les couloirs mais il est rarissime qu'elles fassent l'objet de notes écrites.  Pour l'un de ses représentants régionaux "la logique de quotas est difficile à accepter. Si on n'en arrête que 34, on se fait taper sur les doigts. Si on en arrête un 36e, qu'en fait-on ?"

Du côté du Réseau Education Sans Frontières, au delà d'une opposition de principe à cette logique, on estime en plus que "35 est un chiffre très important pour un département comme le Loir-et-Cher."

La préfecture et la Direction départementale de la sécurité publique n'ont pas nié l'existence de cette note mais elles se refusent pour l'instant à tout commentaire.


Voir le document sur le site de RESF

Voir l'analyse du sociologue Laurent Mucchielli

Sur le même sujet

Florian Truchot, vise le plus haut niveau international en natation

Près de chez vous

Les + Lus