• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Procès en appel d'Ozan Bal: 25 ans de réclusion

La cour d'assises du Loiret a confirmé la peine de 25 ans de réclusion d'Ozan Bal qui avait tué sa femme par jalousie.

Par Ch.L

Cette condamnation a été assortie d'une peine de sûreté des deux tiers. En première instance, Ozan Bal, ouvrier du bâtiment d'origine turque, avait déjà été condamné à 25 ans de réclusion par les assises du Loir-et-Cher, mais sans peine de sûreté.


Le 17 janvier 2010, l'homme avait ramené ses deux enfants de deux et quatre ans à son épouse, Shérifé, dont il vivait séparé depuis deux ans, sur le parking d'un stade à Chemery (Loir-et-Cher).

Le divorce n'avait pas été prononcé et Ozan Bal rêvait d'une réconciliation. Mais quelques jours avant le drame, il avait découvert qu'elle communiquait sur internet avec d'autres hommes, auxquels elle aurait envoyé des photos d'elle en petite tenue.


Tuée sous les yeux de ses enfants
Le jour du drame, fou de jalousie, il avait apporté un couteau de cuisine avec lequel il avait violemment frappé la jeune femme, alors qu'elle tenait leur fillette dans ses bras. La victime, lardée de 19 coups de couteau, est décédée sur place, sous les yeux de ses deux enfants

Depuis leur mariage en 2003, la victime avait été régulièrement frappée, voire violée par son mari. En mai 2008, l'accusé avait déjà été condamné à deux mois de prison avec sursis pour des violences conjugales.

 



L'avocate de l'accusé a réfuté la préméditation, estimant que son client avait agi "sous l'empire de la colère". Me Laurence Grenouilloux a par ailleurs souligné que l'accusé était en état de fragilité, son père s'étant suicidé dix jours avant le drame.

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus