Issoudun : connaissez-vous l'apothicairerie du musée de l'Hospice Saint-Roch ?

L'apothicairerie du musée de l'Hospice Saint-Roch à Issoudun propose une collection de silènes et de pots en faïence / © F3
L'apothicairerie du musée de l'Hospice Saint-Roch à Issoudun propose une collection de silènes et de pots en faïence / © F3

A Issoudun dans l'Indre, notre module "Il était... une œuvre" vous fait découvrir l'apothicairerie du musée de l'Hospice Saint-Roch qui expose une impressionnante collection de pots et de silènes. Une pharmacie à l'ancienne !

Par Nicolas Ricoud

A Issoudun, dans l'Indre, se cache une collection originale liée à la pharmacie d'antan. Le visiteur découvre des silènes, des boîtes en bois aux contenus mystérieux, parfois étranges.

C'est dans le cadre de notre série "Il était... une œuvre" que Benoît Bruère et son équipe se sont rendus sur place et ont rencontré Patrice Moreau, conservateur et directeur du musée de l'Hospice Saint-Roch. Il présente à Swan, un garçon âgé de 7 ans, cette collection atypique.
 

Cette collection est l'une des 3 plus belles de France avec Troyes et Baugé.
 

Des dragons et des licornes

Parmi la collection, on découvre 31 boites en bois qui ont un caractère exceptionnel car elles sont décorées de monstres, de créatures fantastiques. Sur l'une des boites, un dragon a été représenté. Il associé à un produit très rouge, de la couleur du sang).

Jusqu'au début du 18e siècle, on pensait que la licorne était un animal réel. Elle est représentée sur une des boites. C'était en fait la corne de narval, qui était utilisée sous forme de poudre, mélangée à des produits pour soigner l'empoisonnement.

Des plantes (roses, tulipes) sont également représentées sur les boites car à l'époque il s'agissait de produits très rares.  Dans ces boites, étaient conservées les plantes exotiques, cornes et autres écorces.

La collection est aussi composée de 379 pots en faïence de Nevers.
 

 

L'ancêtre de la pharmacie au service de l'hospice

L'apothicaire travaillait ici, au sein de l'hospice Saint-Roch. Aux 17e et 18e siècles, il était l'équivalent du pharmacien. Les remèdes étaient préparés dans ce lieu par maître Maré.

L'Hospice Saint-Roch était un hôpital jusqu'au milieu du 19e siècle et l'apothicairerie était là au service de ce lieu de soin, afin de conserver les produits qui soigneraient les malades.

Les visiteurs qui se promènent dans ce musée pourront ainsi s'informer sur l'évolution des savoirs et des techniques pharmaceutiques. Tout en découvrant ces silènes et ces pots qui forment la collection de l'apothicairerie.
 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tout le monde peut prendre sa place

Les + Lus