Législatives partielles : qui sont vos candidats du deuxième tour dans le Loiret ?

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

C'est de nouveau un duel entre le LR Jean-Pierre Door et la LREM Mélusine Harlé. 

Par Yacha Hajzler

Ils étaient douze au premier tour, c'est aujourd'hui l'heure du duel. Avec un petit air de déjà-vu, puisque les finalistes sont les mêmes qu'en 2017 : le candidat LR Jean-Pierre Door, face à la candidate LREM Mélusine Harlé. 

En juin dernier, Mélusine Harlé, qui avait obtenu à peine sept voix de moins, avait reproché à Jean-Pierre Door, vainqueur du scrutin, plusieurs irrégularités, en particulier d'avoir violé la période de réserve, et porté le dossier devant le Conseil Constitutionnel. Celui-ci avait invalidé, en décembre, l'élection de Jean-Pierre Door

Rebelotte, donc, pour les quelque 74 000 électeurs d'Amilly, Montargis ou encore Courtenay. Portraits de dernière minute, pour les derniers indécis de ce dernier tour. 


Mélusine Harlé, PDG de 45 ans, est la candidate portée par le parti de la majorité présidentielle : la République en Marche.  LREM se présente comme un mouvement pragmatique, ouvert aux idées de (presque) tout l'échiquier politique. 

Pour son programme, Mélusine Harlé a défini cinq priorités :


Elle a évidemment reçu le soutien de son parti, avec notamment la venue de Christophe Castaner, secrétaire d'Etat et délégué général d'En Marche. Il s'était rendu dans la 4ème circonscription du Loiret en janvier. 


Entre les législatives de juin 2017 et le scrutin de la semaine dernière, Mélusine Harlé s'est beaucoup affaiblie, passant de plus de 10 200 voix à quelque 4 400. A défaut de faire un lien direct entre les deux éléments, il faut rappeler que l'abstention a, elle, largement augmenté, atteignant près de 70%. 


Candidat victorieux puis invalidé des législatives de juin, Jean-Pierre Door, cardiologue retraité de 76 ans et maire de Montargis, est le candidat du parti de droit Les Républicains (ex-UMP). Lui aussi connaît quelques difficultés, déchiré entre son aile centre-droit et une partie de ses adhérents qui demandent un rapprochement avec le Front National. 

Jean-Pierre Door, lui, se présente comme un "député de combat". "Création de 500 emplois sur cinq ans sur la nouvelle zone Arboraria-Acquisition", "rassemblement des collectivités locales (...) pour mettre en place une politique d'attractivité" , ouverture d'une maison de la santé, création de médiathèques : fort de son ancrage territorial, il fait figurer dans son programme nombre de propositions très concrètes. 


Il avait remporté les législatives 2002, en 2007,  puis en 2012. A 75 ans, ce scrutin pourrait être son dernier, même en cas de victoire, puisque la limite du cumul des mandats dans le temps est à l'étude en France. Il était cependant en tête du premier tour dimanche dernier. 

Il a notamment reçu la visite de soutien de Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France et est également soutenu par le Parti Démocrate Chrétien.
 



Vous y voyez plus clair ? Rendez-vous aux urnes ce dimanche ! 

Note aux lecteurs

Apparaissent sous forme de silhouette les candidats pour lesquels nous n'avons pu acquérir les droits d'une image, ou dans une qualité insuffisante. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Musée Girodet à Montargis : un musée rénové (épisode 1/4)

Les + Lus