Agression et vol dans le Loir-et-Cher : le routier avait tout inventé

© Gendarmerie Nationale
© Gendarmerie Nationale

Pour se sortir du pétrin, un chauffeur routier Polonais de 36 ans a inventé une histoire qui mobilisé la gendarmerie. Il vient d'être arrêter à Angé dans le Loir-et-Cher, pour dénonciation mensongère a une autorité judiciaire ou administrative entrainant des recherches inutiles.

Par Fabienne Marcel

Le 18 septembre 2017, les militaires du peloton motorisé (PMO) de St Romain-sur-Cher sont engagés par le Centre d'Opérations et de Renseignement de la Gendarmerie (C.O.R.G.) sur l'A85, aire du bois de Faix, sur la commune de Angé car un chauffeur étranger demande une intervention.

Ce chauffeur, qui ne parle pas français, semble avoir une vitre brisée sur son camion. Une fois sur place, le chauffeur routier polonais déclare aux gendarmes avoir été gazé afin d'être enlevé et séquestré durant une partie de la nuit. Pendant ce temps, le ou les auteurs auraient roulé avec l'ensemble routier de Bussy sur Marne en Seine-et-Marne jusqu'à Bagneux dans l'Indre. Le ou les auteurs auraient volé finalement un ordinateur portable appartenant au chauffeur routier, brisés les vitres des deux portières de son camion ainsi que la custode de la portière passager pour s'évaporer dans la nature. Le chauffeur routier, une fois revenu à lui, aurait pris la route puis l'A85 et s'est arrêté sur la première aire de repos qu'il a rencontré.

D'importants moyens sont engagés


Les faits sont graves, alors d'important moyens sont engagés avec notamment l'intervention de Techniciens en Identification Criminelle (TIC), etc.). Rapidement, les constatations et investigations entreprises mettent en évidence de nombreuses incohérences. Le chauffeur routier ne semble ni choqué ni désorienté.

Finalement, le chauffeur routier avoue avoir inventé ce scénario pour se dédouaner de sa responsabilité envers son patron. En effet, ce 18 septembre, vers 00h30, sur un parking à Bussy-sur-Marne, le chauffeur routier a démarré son camion et allumé les feux. Il s'apprête à prendre la route pour aller livrer dans la banlieue de Nantes. Il est descendu de son camion pour en faire le tour et vérifier que tout est en ordre. Alors qu'il était hors de son camion, la centralisation des portières (centralisation qui se déclenche quelques secondes après avoir été activée et non immédiatement) s'est enclenchée (dysfonctionnement ou appui intempestif sur la télécommande par le chauffeur) .
Le chauffeur, n'ayant d'autre solution pour rentrer dans la cabine, a alors cassé lui-même la custode de la portière passager. Paniqué, il a renseigné une mauvaise adresse dans le GPS et s'est perdu (destination prévue à coté de Nantes mais il s'est retrouvé dans le Berry). Ne voyant qu'il ne pourrait livrer à l'heure, il a alors cassé les deux autres vitres de son camion, arraché le plomb de la semi-remorque et inventé cette histoire d'enlèvement pour ne pas assumer ses responsabilités vis-à-vis de son patron. Aucun objet n'a été dérobé.

Au regard des moyens importants engagés et du temps perdu pour les gendarmes, une procédure pour dénonciation mensongère a une autorité judiciaire ou administrative entrainant des recherches inutiles. est initiée.

Sur les suites pénales, le chauffeur risque un rappel à la loi.

 

Sur le même sujet

Florian Truchot, vise le plus haut niveau international en natation

Près de chez vous

Les + Lus