Animaux : un soigneur du zoo de Beauval au secours des lions du Burkina Faso

Cédric Zanello, soigneur au zoo-parc de Beauval dans le Loir-et-Cher, a participé à la résurrection en janvier 2021 du parc animalier de Ziniaré, au Burkina Faso. Abandonnés, les animaux y mourraient de faim.

L'une des quatre lionnes du zoo de Ziniaré, près de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique), en 2019.
L'une des quatre lionnes du zoo de Ziniaré, près de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique), en 2019. © ISSOUF SANOGO / AFP

"On va du plus gros félin, le tigre de sibérie, qui pèse 300kg, à la plus petite espèce qui soit, le chat rubigineux, qui pèse 2 ou 3 kilos. Quand on parle d'animaux sauvages, ce sont des espèces emblématiques, même "parapluie". Elles sont ambassadrices de toutes les autres, qui sont en-dessous dans la chaîne alimentaire, et qu'on protège aussi quand on protège les félins". Les tigres, lions et autres chats, Cédric Zanello pourrait en parler des heures.

Celui qui est devenu il y a dix ans soigneur animalier et qui a intégré il y a 2 ans le zoo-parc de Beauval (Loir-et-Cher), a monté sa propre association en octobre 2020 : Des félins pour demain. "J'ai eu envie de devenir un acteur plus direct de leur protection. J'en avais marre d'être passif, d'observer leur déclin. Je me suis dit : pourquoi je ne pourrais pas aussi, à mon niveau, essayer d'aider ?" retrace le jeune homme.

Ziniaré, les lions abandonnés

Très actif sur les réseaux sociaux, le soigneur partage des informations sur la situation des félins et leur protection. C'est comme cela qu'il est repéré par Shanaz Husseini, une burkinabée qui a récemment fondé l'Association de protection de la faune et la flore du Burkina Faso. Un élan qui lui est venu lorsque la jeune femme est retournée visiter le zoo de son enfance : le zoo privé de l'ancien président Blaise Compaoré, à Ziniaré.

Chassé par une révolution en 2014, le président Compaoré a dû y abandonner son domaine et ses occupants zoologiques. Lorsque Shanaz Husseini et son mari, Julien, arrivent sur place, de nombreux animaux sont morts de faim, de soif, ou de leurs blessures. Les animaux survivants, dont 4 lionnes, ont besoin d'une aide d'urgence. En janvier 2021, grâce à son travail acharné, l'association de protection a pu rouvrir le parc animalier. "Leur engagement, l'amour qu'ils portent à ce pays, à sa faune, on le sent tout de suite. Ils y mettent tout leur coeur", atteste Cédric Zanello.

"On dépend d'un geste, d'une bonne âme"

Mais malgré toute la détermination des deux associations, il reste encore beaucoup à faire, et ils ne pourront pas le faire seuls. Des félins pour demain recherche activement des entreprises partenaires, ou des dons, afin de mettre en place, en octobre 2021 une "mission véto" au coeur du Burkina Faso.

"On a convenu ensemble des priorités, dans un premier temps pouvoir assurer un apport quotidien en nourriture et ensuite de pouvoir assurer un suivi vétérinaire hebdomadaire. Etant soigneur, j'ai offert de mettre en place cette mission" explique Cédric Zanello. Le zoo a également un besoin important en matériel : aiguilles, désinfectants, compresses, fusil à fléchettes tranquillisantes, stéthoscope... Des félins pour demain a listé sur sa page Facebook les équipements nécessaires au soin des animaux. "On dépend d'un geste commercial, d'une bonne âme qui nous permettrait de mettre ça en route" résume le fondateur de la jeune association.

"Il y a un réel potentiel de développement"

Pour agir sur le long terme, l'Association pour la faune et la flore au Burkina Faso sont parvenus à recruter Amidou Zagré, membre de l'ordre vétérinaire. Il a accepté d'assurer bénévolement un suivi hebdomadaire pour tous les animaux restant au zoo. "Il sort de l'école, et il manque un peu de pratique de terrain", explique Cédric Zanello. Il a de son côté mobilisé Alice Brunet, vétérinaire dans un autre parc animalier, pour assurer la formation du nouveau soigneur. L'équipe sera aussi aidée du Dr Zangre, de la direction générale des services vétérinaires du Burkina, qui intervient ponctuellement au sancturaire.

Et cette mission n'est pas qu'une histoire de félins. "Il y a un réel potentiel de développement pour le sanctuaire, qui abrite notamment l'autruche à cou rouge, une espèce classée en danger critique d'extinction. Un potentiel programme de réintroduction est à l'étude , de beaux moments encore pour les pensionnaires de Ziniaré !" s'enthousiasme Cédric Zanello. De plus en plus déserté par les touristes, à cause de la menace terroriste qui se presse à ses frontières, le Burkina Faso est pourtant un pays à la culture, aux paysages et à l'artisanat très riches.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature international insolite