A Blois, le festival BD Boum signe un retour en force après une année blanche

Privés de festival en 2020 à cause du covid-19, les artistes et le public ont répondu présent pour la 38e édition de BD Boum qui se tenait du 19 au 21 novembre.

L'année a été longue depuis l'édition 2020, gâchée par le covid-19, mais le festival BD Boum, l'un des plus importants de France, a fait son retour en force les 19, 20 et 21 novembre. Plus de 200 auteurs et autrices ont répondu présent, tout comme le public et près de 70 exposants. "On est tous assez heureux de retrouver cette énergie" se réjouit Pauline Torregrossa, responsable des actions culturelles de la Maison de la BD. Les organisateurs se satisfont aussi d'une "nouvelle organisation", imposée par la covid mais "qui fonctionne très bien". Cette nouvelle formule a notamment poussé les organisateurs à organiser des rencontres entre 3000 élèves de l'agglomération directement dans leurs salles de classe plutôt que de les faire venir à la Halle aux Grains.

Une édition qui a retrouvé la route du succès

Cette édition déconfinée est aussi un plaisir pour les artistes, parmi lesquelles certains mettaient les pieds pour la première fois à Blois. C'est le cas de la dessinatrice et écrivaine britannique Posy Simmonds, qui a enfin découvert ce "festival plus intime qu'Angoulême", où "on a vraiment le temps de parler aux gens". Comme le veut la coutume, en tant que gagnante en 2020 du prix Grand Boum de la Ville de Blois, Posy Simmonds présidait cette édition 2021 et s'est vue confier la responsabilité d'en dessiner l'affiche.

D'autres viennent de moins loin. C'est le cas de David Prudhomme, récompensé par le prix de la Nouvelle République pour sa BD Du bruit dans le ciel, aux éditions Futuropolis. Dans ce récit à la fois autobiographique et social, l'auteur berrichon raconte l'histoire, débutée en 1981, de l'emménagement de sa famille à Grangeroux, près de Châteauroux, où les avions de l'ancienne base aérienne de Déols côtoient la campagne profonde en voie de périurbanisation. La base, c'est "le personnage central" de cet album plein de tendresse, explique-t-il, "et toute la zone industrielle qui est collée, avec ces anciens entrepôts de l'OTAN, cette architecture un peu américaine, qui a de la gueule, qui est vraiment impressionnante". "Et à côté de ça, tout de suite il y a des champs, des fermes. J'ai essayé de traduire ça avec du crayon, de l'encre, des outils très simples."

Nepsie et Le Vilain, eux, sont sortis de leur caverne. Co-auteurs de Au fond du trou aux éditions Lapin, ils racontent depuis 2017 sur les réseaux sociaux leur installation dans ce qui est devenu leur maison troglodyte près d'Amboise en Indre-et-Loire. Une épopée faite "de sueur et de larmes" comme le précise le sous-titre de l'album, qui vient de sortir.

Les récompensés de l'édition 2021 :

Wilfrid LUPANO (Les Vieux FourneauxLe Loup en slipBlanc Autour)

Dessiner encore, COCO, Éditions Les Arènes BD

Violette et les lunettes magiques, Émilie CLARKE, Éditions Biscotto

Elles - La nouvelles(s) Kid TOUSSAINT, Aveline STOKART, Éditions Le Lombard 

Du bruit dans le ciel, David PRUDHOMME, Éditions Futuropolis 

Dark Quentin pour le projet Matao

Mathilde LANDRY, médiatrice à la Maison de la bd
Isabelle MATON,
responsable pôle livre à Ciclic
Paul GRAVETT,
journaliste & écrivain
Yannick BONNANT,
revue Tonnerre de Bulles

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée livres culture festival événements sorties et loisirs