• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Blois : un élu communiste soupçonné de viol

© F3
© F3

Un élu communiste du conseil municipal de Blois est soupçonné de viol à l'encontre de Léa Tytéca, une jeune militante des Pyrénées- Orientales. Il a été suspendu. 

Par Ch.Launay/A.Wernert


Le 24 février, le journal "L’Obs" publiait le témoignage d'une étudiante des Pyrénées-Orientales dans un article titré « La vague MeToo déchire les jeunes communistes» Léa Tytéca, elle-même militante communiste, y accuse un conseiller municipal, sans le nommer, de l’avoir violée en juillet 2016 à Paris.

Evidemment les réseaux sociaux s’emballent. Et le 28 février, le nom du fameux conseiller municipal est dévoilé sur Twitter.
Il s’appelle Alexis Bouchou, il a 23 ans, il est membre du Parti communiste. Il s'avère être aussi le benjamin du conseil municipal de Blois. 

Le 2 mars, la victime présumée du viol décide de réagir sur twitter. Elle explique à nouveau avoir été violée il y a plus de deux ans par Alexis Bouchou, qu’elle cite cette fois nommément. Elle parle d’un camarade, même d’un ami, en qui elle avait confiance.
 

3 000 partages, les réactions s’enchainent ! Le Mouvement des Jeunes communistes du Loir-et-Cher demande la démission immédiate du conseiller municipal. Lundi 4 mars, le PCF a annoncé avoir suspendu le militant.

"Ce militant n'a plus le droit de prendre part au vote interne du parti. Il avait des fonctions au niveau local au sein de la fédération PC du Loir-et-Cher. Il ne peut plus les exercer jusqu'à nouvel ordre" -  Emmanuel Leonard, secrétaire départemental du PC 41. 

La mairie de Blois a également réagit. Le maire socialiste Marc Gricourt doit recevoir Alexis Bouchou le 6 mars pour l’entendre.   
 
© F3
© F3





 

Sur le même sujet

Ce que j'aime dans le mandat de Maire...

Les + Lus