• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Loir-et-Cher : mars bleu, le mois consacré au dépistage du cancer colorectal

Le test de dépistage du cancer colorectal est réalisable chez soi, il faut ensuite l'envoyer au laboratoire. Photo d'illustration. / © Claude Prigent / Max PPP
Le test de dépistage du cancer colorectal est réalisable chez soi, il faut ensuite l'envoyer au laboratoire. Photo d'illustration. / © Claude Prigent / Max PPP

Le mois de mars est consacré au dépistage du cancer colorectal, c'est le deuxième cancer le plus meurtrier en France après le cancer du poumon
et pourtant, dépisté précocement, il se guérit dans 9 cas sur 10. Reportage dans le Loir-et-Cher.

Par A. Abdelbost et M. Stewenson

Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus meurtrier en France et pourtant il est encore tabou. Les campagnes de prévention comme "Mars Bleu" visent à démocratiser la maladie et encourager au dépistage. Dépisté précocement, ce cancer se guérit dans 9 cas sur 10.
 

Un test réalisable chez soi

Le cancer colorectal se développe à l'intérieur du côlon ou du rectum à partir de petites lésions ou polypes. Il touche généralement les hommes et aussi les femmes de plus de 50 ans. Joseph Carre, 68 ans, apprend en 2018 qu'il a le cancer colorectal : "J'ai fait cinq mois de chimiothérapie et depuis je vais beaucoup mieux. J'ai repris du poids, parce que j'avais perdu 10 kilos et me voilà à peu près en forme, grâce au dépistage". 
 
"Au niveau national, il y a 45.000 nouveaux cas par an. Le niveau de participation au dépistage est insuffisant, dans notre région on a 38% de participation, c'est plus qu'au niveau national mais ça reste toujours insuffisant", insiste Emilie Fetissof, médecin coordonnatrice de l’antenne 41 du Centre de coordination des dépistages des cancers  (CRCDC).

Effectuer le test est aujourd'hui peu contraignant, on peut le réaliser chez soi et l'envoyer au laboratoire. Il faut se faire dépister tous les deux ans. "Plus on s'y prend tôt, meilleur sera le prognostic. Si on découvre un polype pré-cancéreux, il y a quasiment 100%  de chances d'en guérir", souligne Claude Ramialison, médecin généraliste à Blois. En 2018, le test de dépistage a permis de détecter 47 cancers dans le Loir-et-cher.

Regarder le reportage de Mélodie Stewenson, Xavier Naizet et Armelle Garreau :

Sur le même sujet

Journées européennes des métiers d'art : 490 événements dans la région Centre du 1er au 7 avril 2019.

Les + Lus