Coronavirus : réaction du chef Christophe Hay, basé en Loir-et-Cher, après l'annonce de la fermeture des restaurants

Le chef étoilé Christophe Hay contraint de fermer son restaurant au moins jusqu'au 15 avril / © Christophe Hay
Le chef étoilé Christophe Hay contraint de fermer son restaurant au moins jusqu'au 15 avril / © Christophe Hay

Son restaurant "la maison d'à côté", était complet ce dimanche midi. Le passage au stade 3 de l'épidémie de coronavirus a contraint Christophe Hay, chef étoilé installé près de Blois, à fermer. Il s'inquiète surtout pour les producteurs locaux avec qui il travaille, et prône la solidarité.

Par Christelle Chapiotin

Il était parti en vacances, loin. Revenu sur ses terres de Loir-et-Cher il y a un peu plus d'une semaine, Christophe Hay avoue avoir eu l'effet d'une douche froide en découvrant la situation sanitaire "nous avons été surpris de voir comment le virus grignotait la France".

Le chef étoilé a rouvert son restaurant "la maison d'à côté" jeudi dernier, et a commencé à travailler comme d'habitude, prenant quelques dispositions spécifiques, sans être dupe quant à l'évolution de la situation :

On se doutait bien que cela allait arriver, mais on s'attendait plus à ce que ce soit en milieu de semaine prochaine.

Ce dimanche midi, il affichait complet, avec également des réservations pour le soir. L'annonce du passage au stade 3 de l'épidémie de coronavirus le 14 mars l'a contraint, comme beaucoup, à baisser le rideau, au moins jusqu'au 15 avril.

L'économie locale fragilisée

Le chef et son équipe étaient sur place dans la matinée pour nettoyer les lieux. Ils ont déjeuné ensemble et se sont répartis les produits, deux jours de stock, avant de repartir chacun chez eux.

Durant cette période de retrait forcé, Christophe Hay va continuer à travailler sur sa carte, sans négliger l'entretien du jardin attenant au restaurant, l'une de ses bases de travail.
 
Le restaurant a été fermé sur décision gouvernementale après le passage au niveau du niveau 3 de l'épidémie de coronavirus. / © Christophe Hay
Le restaurant a été fermé sur décision gouvernementale après le passage au niveau du niveau 3 de l'épidémie de coronavirus. / © Christophe Hay
S'il ne s'inquiète pas vraiment pour son affaire Christophe Hay pense à ceux qui viennent de se lancer, et aux producteurs locaux, ses fournisseurs, qui risquent, eux, de pâtir de la situation.

Nous avons 5 ans de recul, une entreprise et une trésorerie stable, mais pour les personnes qui vivent à flux tendus, c'est très périlleux. Il faudra être fort ensemble.

Se serrer les coudes, limiter la casse, et revenir fort, le Loir-et-Chérien, qui travaille en circuit court, espère contribuer à la mise en place d'une châine de solidarité.

Ma ligne de conduite : être unis et solidaires, pour mieux rebondir. Je suis prêt à mettre la main à la poche. Il faut consommer local pour soutenir notre économie.

Parmi les gros fournisseurs du restaurant loir-et-chérien qui risquent d'être mis à mal, les pêcheurs de Loire, les vignerons ou encore les responsables des fermes avoisinantes qui s'adaptent pour poursuivre leur activité.

Dans ce contexte particulier, chacun essaie de trouver des solutions. Ainsi plusieurs gérants de restaurant proposent des ventes à emporter pour écouler leur stock. Trouver des solutions, pour continuer à avancer.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus