Le député du Loir-et-Cher, Guillaume Peltier, devient n°3 du parti les Républicains

Guillaume Peltier, député du Loir et Cher, élu 2e vice-président du Parti Les Républicains. / © Max PPP - Thomas Padilla
Guillaume Peltier, député du Loir et Cher, élu 2e vice-président du Parti Les Républicains. / © Max PPP - Thomas Padilla

Laurent Wauquiez, élu dimanche président des Républicains (LR), a dévoilé ce mercredi les premiers visages de son équipe dirigeante, Guillaume Peltier député du Loir-et-Cher fait partie de la garde rapprochée du nouveau président.

Par FM avec AFP

Laurent Wauquiez dévoile les premiers visages de son équipe dirigeante. 
Comme évoqué lors de la campagne, Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé à Bordeaux, est nommée première vice-présidente, vice-présidente déléguée.

Sont respectivement nommés 2e vice-président le député du Loir-et-Cher Guillaume Peltier, ex-soutien de Nicolas Sarkozy, et 3e vice-président le député de l'Ain Damien Abad. Soutien de Bruno Le Maire lors de la primaire de 2016, M. Abad n'avait pas démissionné, contrairement au futur ministre de l'Economie, de l'équipe de campagne de François Fillon.
Vice-présidente de l'Assemblée, Annie Genevard succède à Bernard Accoyer au secrétariat général. La députée du Doubs sera flanquée d'un secrétaire général délégué à la communication en la personne de Geoffroy Didier.

Passé du FN à de Villiers avant de rejoindre l’UMP, puis LR, Guillaume Peltier estime être "un exemple de ce qu’il faut faire"

Interrogé sur ce parcours sur Cnews ce 13 décembre, il explique : 

Je suis sans doute à ce titre un exemple de ce qu’il faut faire. Est ce qu’on veut réduire le Front national et donc permettre à un certain nombre de ses militants et de ses électeurs, un jour, de rejoindre le giron républicain ou est ce qu’on veut cantonner …

Interrogé également sur son nomadisme militant, il poursuit :

"Le modèle, comme le disait François  Mitterrand, c’est celles et ceux qui savent changer, évoluer, grandir, mûrir. Bien sûr que j’ai changé en 20 ans en gardant une colonne vertébrale de convictions mais en comprenant que le monde avait changé. On ne pense pas la même chose à 20 ans qu’à 60 ans et je pense que c’est l’honneur d’un parcours politique. Il a changé, le monde a changé et pourtant il a gardé sa "colonne vertébrale de convictions". De quoi y perdre son sens de l'orientation politique."


Dans le reste de la nouvelle équipe des LR 


Trois porte-parole sont nommés: Lydia Guirous, qui avait déjà tenu ce rôle sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le maire de Châlons-sur-Saône Gilles Platret et Laurence Saillet. Proche de Xavier Bertrand, qui a annoncé lundi son départ du parti, Mme Saillet avait échoué à rassembler les parrainages nécessaires pour concourir à la présidence.
Le député du Vaucluse Julien Aubert, qui avait lui aussi échoué à rassembler les parrainages requis, est l'un des six secrétaires généraux adjoints, en charge de la formation. Sont également nommés la députée des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer (relations avec la société civile), ex-soutien de François Fillon, le sénateur de l'Ardèche Mathieu Darnaud (élus locaux), le député de Moselle Fabien Di Filippo (adhésions), la députée de Haute-Savoie Virginie Duby-Muller (fédérations) et la sénatrice des Yvelines Sophie Primas (relations avec les parlementaires).

La droite se tourne vers l'avenir. Elle le fait avec une équipe jeune, 43 ans de moyenne d'âge, de nouveaux visages et des élus qui en sont pour un grand nombreà leur premier mandat,

a expliqué M. Wauquiez lors d'une courte déclaration à la presse. Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes a vanté une équipe "évidemment paritaire" et "surtout qui a la volonté de travailler ensemble". "Des gens qui venaient du gaullisme mais aussi du centrisme, des libéraux mais aussi la droite sociale", "déterminés à laisser les divisions derrière nous". D'autres nomination devraient intervenir courant janvier. M. Wauquiez a notamment indiqué qu'il proposerait la reconduction de Daniel Fasquelle au poste de trésorier lors du prochain bureau politique du parti. Ni Florence Portelli ni Maël de Calan, candidats malheureux face à Laurent Wauquiez dans cette élection interne, ne figurent dans cette première salve de nominations.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Ferwen, chien héros

Près de chez vous

Les + Lus