• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Vendôme : Anny Duperey expose aux promenades photographiques

Anny Duperey / © Jean François Ottonello
Anny Duperey / © Jean François Ottonello

Pour sa quinzième édition, Odile Andrieu propose un thème l'éloge de la lenteur, 9 lieux, des artistes connus et moins. Ce vendredi 21 juin, à la chapelle Saint Jacques, l’actrice et auteure Anny Duperey ouvrira le bal pour découvrir des clichés insolites jusqu'au 21 septembre.
 

Par Mélanie Trachsler

Des regards divers, ceux de Franco Fontana, de Florence Joubert ou encore de Thierry Arensma , un photographe passionné par les sites atypiques. Il propose un travail étonnant sur une usine pharmaceutique désaffectée de Romainville (93).
 
Thierry Arensma / © F3CDVL
Thierry Arensma / © F3CDVL


L'histoire est forte propice à un joli travail de création."En 1900, Gaston Roussel, un vétérinaire découvre qu'avec le sang de chevaux (à partir de la seconde saignée), on peut créer un sérum. Ce sérum est un anti-infectueux ; l'Hemostyl sera utilisé jusqu'en 1940. Pendant la Première Guerre mondiale, 1500 chevaux seront saignés chaque jour, c'est donc un travail de mémoire que j'effectue ici."

En 1997, l'usine ferme, Thierry Arensma découvre l'endroit 20 ans plus tard. Esthétiquement l'usine le fascine. une quarantaine de photos s'en suivront dont les trois clichés présentés à Vendôme. l'usine le fascine. une quarantaine de photos s'en suivront dont les trois clichés présentés à Vendôme.

A l'opposé, 110 clichés se font face : ceux de Lucien Legras, décédé tragiquement à 32 ans, un photographe qui aurait mérité d’être reconnu, un photographe humaniste qui aurait pu avoir la  même notoriété qu’un Doisneau ou un Willy  Ronis, ceux de Patricia Legras, sa fille plus géométriques, plus graphiques et ceux d’Anny Dupeyrey, simples et poétiques à la fois.

Odile Andrieu, la directrice du festival, parle de « filiation ». Depuis 10 ans, elle espérait exposer l’auteure comédienne, c’est désormais chose faite !
Clin d’œil aux 500 ans de la renaissance, ces promenades photographiques font bien l’éloge de la lenteur, ce temps nécessaire pour créer une œuvre, pour y revenir encore et encore.



 

un festival qui fête ses 15 ans

Les promenades photographiques, proposent de découvrir des reportages ou des travaux. Le festival présente des travaux différents, des artistes reconnus et moins... promenade à travers les différents âges et les différents genres photographiques. 
une plongée dans  l’imaginaire
Depuis 2005, plus de 250 photographes professionnels ont été exposés (travaux individuels ou collectifs) Pas de thématique pour la direction artistique mais une constante : s’attacher à l’Être et l’Humain et à la découverte.
Les Promenades Photographiques ont créé « le Prix Mark Grosset » pour les écoles internationales photographiques afin de rendre hommage à un homme disparu trop vite, Mark Grosset, l'ancien directeur,  d’Icart photo, un homme engagé et passionné.
 Chaque année, une vingtaine d'étudiant concourent  dans l’une des deux catégories, photojournalisme ou photographie plasticienne. Avec plus de 82 000 visiteurs, ce festival figure désormais parmi les plus reconnus en France.

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus