A Olivet, le 12e régiment de cuirassiers au chevet du vaccinodrome du Loiret

Le gymnase d'Olivet, dans l'agglomération d'Orléans, accueille depuis ce 12 avril le premier vaccinodrome du département, géré en partie par l'armée grâce au 12e régiment de cuirassiers. La ministre des Armées en visite sur place a rappelé le rôle des forces armées dans la lutte contre le covid-19.

Florence Parly, la ministre des Armées, s'est rendue au vaccinodrome d'Olivet ce 12 avril
Florence Parly, la ministre des Armées, s'est rendue au vaccinodrome d'Olivet ce 12 avril © F3 / R. Benbourek

Florence Parly, la ministre des Armées, a passé en revue ses troupes à Olivet ce 12 avril. Il s'agit du premier vaccinodrome en France à être en partie géré par l'armée, en l'occurrence 70 soldats du 12e régiment de cuirassiers d'Olivet. Arrivée à 9h45 pour une visite éclair d'une heure, la ministre a insisté sur l'importance de la campagne de vaccination.

Les vaccins, une "priorité absolue"

"Aujourd'hui, l'effort collectif est concentré sur la vaccination, c'est la priorité absolue", a affirmé Florence Parly, au micro de France 3 Centre-Val de Loire. "Les militaires sont intervenus depuis plus d'un an dans le cadre de l'opération Résilience", a-t-elle rappelé, l'armée ayant effectué "360 évacuations sanitaires ces derniers mois" et mis en place des lits de réanimation supplémentaires dans les régions en tension et en Outremer.

"Nous avons été mis en alerte en début de semaine dernière, en liaison avec la municipalité et la Fédération française des sauveteurs secouristes afin d'être prêts dès vendredi" explique le capitaine Frank, chef du centre. Une fois entraînés, les 70 tireurs, pilotes de chars mais aussi personnels administratifs du 12e étaient fin prêts à gérer l'important flux de patients attendus pour gérer le rythme de vaccination. "Sur la logistique, il n'y a pas de difficulté particulière : on sait faire." Leur mission : accueil, filtrage, vérification de l'identité, gestion de la surveillance post-vaccination et délivrance du certificat. L'objectif, comme le rappelle Florence Parly : "Être certain que chaque dose soit utilisée, c'est cela notre défi quotidien."

Alors que seuls 16,06 % des Français ont pour l'instant reçu une dose de vaccin, le gouvernement affirme vouloir accélérer le mouvement. A partir de ce 12 avril, toute personne de plus de 55 ans, sans condition, peut avoir accès au vaccin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
armée société sécurité vaccins - covid-19 santé covid-19