Les assises de la transition écologique s'ouvrent dans la métropole d'Orléans

Les assises de la transition écologique se sont ouvertes ce mardi 12 janvier à Orléans. Retransmises en ligne, elles représentent une première phase de concertation pour trouver des solutions face à l'urgence climatique.

La première séance a eu lieu mardi 12 janvier à 18h sur la page Facebook d'Orléans Métropole
La première séance a eu lieu mardi 12 janvier à 18h sur la page Facebook d'Orléans Métropole © Capture d'écran - Orléans Métropole

"La transition est entre nos mains" : tel est le slogan choisi par Orléans Métropole pour ses premières assises de la transition écologique lancées ce mardi 12 janvier. Cette concertation, initialement prévue au mois d'octobre, sera organisée dans les 22 communes de l'agglomération. A cause de la crise sanitaire, son lancement a été largement diffusé en version digitale. Mais de quoi s'agit-il exactement ? 

Priorité à la concertation avec les citoyens

Pendant 4 mois, des ateliers de travail, des conférences, des visites et des débats seront organisés autour de 9 thèmes en rapport avec la transition écologique : 

Afin d'être informés de la tenue des événements, les intéressés peuvent s'inscrire à la lettre d'information, après avoir sélectionné les thématiques qui les intéressent. N'importe quel citoyen peut alors participer aux ateliers pour définir l'orientation des actions pour les 6 années à venir, en présentiel ou non, suivant l'évolution de la crise sanitaire. La plateforme permet également "de recueillir les initiatives des citoyens, des acteurs et partenaires" selon Christophe Chaillou, président d'Orléans Métropole, et maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

Ce mercredi 13 janvier, soit 24 heures après l'ouverture, plus de 1 000 participants étaient déjà inscrits, "ce qui démontre un fort engagement de la part des orléanais" selon Orléans Métropole. Un fond de soutien, estimé à 20 000 euros d'après son président, permettrait par la suite de financer des actions concrètes proposées par l'ensemble des acteurs, et de favoriser leur concertation.

Vers "un territoire décarbonné"

Dans les intervenants présents ce mardi 12 janvier, il y avait des acteurs reconnus en matière de transition écologique. Parmi eux, le président de la Fondation Solar Impulse (connue notamment pour ses avions solaires, ndrl) , Bertrand Piccard, ou encore Jean-François Caron, le maire de Loos en Gohelle, commune du nord de la France, pionnière en matière de développement durable et de participation citoyenne.

Etaient également présents des acteurs plus locaux, qui seront en première ligne lors de la mise en place des idées évoquées. Vanessa Slimani, la maire de Saint-Jean-de-Braye, n'a pas manqué de souligner l'importance de la "solidarité et de l'innovation si nous voulons atteindre nos objectifs". Le maire de Chécy, Jean-Vincent Vallies, estime quant à lui que "si l'on ne faisait rien, on ferait prendre un grand risque à la population".

Selon Serge Grouard, le maire d'Orléans (LR), le but est "d'organiser, jusqu'en avril, la participation et le travail des uns et des autres". Ensuite, une restitution se fera au mois de mai pour commencer "l'articulation entre les engagements pris et les documents métropolitains, pour que tout cela trouve les financements nécessaires pour se concrétiser". Il rappelle que toutes les participations sont les bienvenues. "Je sais que beaucoup de gens doutent, mais on a tous les atouts sur le territoire pour le faire. Nous irons vers une ville décarbonée". Reste à voir si les choses se concrétiseront à l'issue de ces assises au printemps.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement assises