Procès du commando de Notre-Dame : 25 ans de réclusion requis contre l’accusée originaire du Loiret

Des peines de 25 et 30 ans de réclusion criminelle ont été requises jeudi respectivement contre Ornella Gilligmann, originaire du Loiret et Inès Madani, jugées devant la cour d'assises spéciale à Paris pour l'attentat raté près de Notre-Dame en septembre 2016.

Un gendarme devant la cathédrale Notre-Dame de Paris.
Un gendarme devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. © BERTRAND GUAY / AFP
Ces deux femmes et leurs deux co-accusées "sont devenues le visage du jihad au féminin", a déclaré l'avocate générale. Elles ont été "le bras armé" du groupe Etat islamique et ont montré "une détermination sans faille", a-t-elle poursuivi.

Ornella Gilligmann, avait été la première du commando à passer aux aveux et à être mise en examen dans l'affaire de la voiture piégée aux bonbonnes de gaz. Cette mère de trois enfants est une habitante de Chalette-sur-Loing dans le Loiret.

Elle avait été arrêtée avec son compagnon le mardi 6 septembre, sur une aire d'autoroute près d'Orange dans le sud de la France. Les enquêteurs avaient retrouvé ses empreintes digitales et des traces de son ADN dans la Peugeot 607 laissée dans une rue à 300 mètres de Notre Dame de Paris. Son compagnon avait été relâché par la suite. 

Elle est jugée depuis le 23 septembre devant la cours d’assises spéciale de Paris.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société attentat déjoué à paris faits divers terrorisme attentat
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter