Loiret : feux d'artifice, matériel sonore, carburant... les interdictions prévues pour le 31 décembre

Pour lutter contre la tenue de soirées le soir du Nouvel An, le préfet du Loiret a décidé d'une série d'interdictions, dont celle d'utiliser et de transporter des feux d'artifice, ou d'emmener sur les lieux d'une fête du matériel de sonorisation le 31 décembre. 

Des feux d'artifice, illustration.
Des feux d'artifice, illustration. © PHOTOBIM/MAXPPP

On ne pourra pas reprocher au préfet du Loiret son manque de cohérence. Deux mois après avoir affirmé qu'"on fait plus la fête, la bamboche c'est terminé", Pierre Pouëssel a décidé une série d'interdictions pour le 31 décembre. L'objectif est "de veiller au respect du couvre-feu et de lutter contre l’organisation de fêtes clandestines", précise la préfecture dans un communiqué.

Les services de l'Etat précisent que les contrevenants à ces mesures deviennent auteurs de contraventions de 5ème classe, et s'exposent à des amendes de 1 500 euros.

Comme dans de nombreux départements du reste de la France, l'usage de feux d'artifice sera interdit pour les particuliers, entre le 30 décembre à 18h et le 1er janvier à midi. Cette interdiction s'appliquera "sur l’espace public ou en direction de l’espace public, dans les lieux de grands rassemblements de personnes, ainsi qu’à leurs abords immédiats, dans les immeubles d’habitation ou en direction de ceux-ci".

La vente d'artifices est également soumise à restriction. Elle est interdite sur l'espace public, et est autrement réduite aux articles de catégorie F2, F3, P1 et T1, uniquement aux personnes majeures (sauf les pétards et fusées F3).

Quant au transport d'artifices, il sera interdit dans les transports collectifs.

Entre 8h le 30 décembre et 8h le 2 janvier, le transport de tout "matériel de sonorisation, sound system, amplificateur, etc. à destination d'un rassemblement festif" sera interdit sur les routes du Loiret. La préfecture cible aussi "tout groupe électrogène de puissance supérieure à 10 kilovoltampères et de poids supérieur à 100 kg".

La préfecture a également décidé de s'attaquer à tout ce qui peut s'enflammer. Et en particulier les "combustibles, gaz inflammables, carburants par jerricans ou récipents divers et portables", qui seront strictement encadrés. Leur vente et leur transport seront interdits à partir du 9 décembre à 14h, jusqu'au 2 janvier à minuit.

La préfecture charge les stations-service de "s’assurer de l’information de la clientèle et du respect de cette prescription".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nouvel an événements sorties et loisirs coronavirus/covid-19