Loiret : un guide et une plateforme en ligne pour guider les consommateurs chez leurs petits producteurs locaux

Le département et la chambre d'agriculture ont lancé ce 1er octobre l'application "Mangeons Loiret", sorte d'annuaire complété d'une carte, destiné à encourager les habitants du territoire à manger local et de saison. En tout, près de 300 producteurs sont recensés par l'initiative.

Consommer local. Ce qui est pour certain une philosophie de vie ou une habitude prise depuis longtemps, est pour les autres un chemin semé d'embûches, où trouver le bon produit au bon endroit est un défi. Pour résoudre le problème, le département et la chambre d'agriculture du Loiret ont monté un guide et une plateforme en ligne, recensant les producteurs du territoire.

Une initiative partie d'un constat : 22% des Loirétains disent peu connaitre les productions de leur département, selon une enquête menée en 2019 sur 3 000 personnes dans le cadre du Projet Alimentaire Territorial (PAT) piloté par le conseil déprtemental et la chambre d'agriculture. Autre conclusion de l'enquête : 50% des habitants, qui ne passent pas par les circuits courts, ne savent pas comment trouver les points de vente locaux.

L'application "Mangeons Loiret" existe pour répondre à ces doutes. Près de 300 producteurs loirétains sont recensés dans un guide papier et sur une carte du département accessible par un QR Code ou par un lien. "C'est un outil facile à utiliser, qui doit avoir un côté intuitif", pose Marc Gaudet, président du conseil départemental du Loiret.

3 000 connexions en trois jours

Une application qui n'en a que le nom, en réalité un site internet et non un logiciel à installer depuis l'Apple Store ou le Play Store de Samsung. Peu importe, la plateforme permet de trier les producteurs selon le produit, le mode de production (bio ou non), la commune ou, si déjà connu, le nom de l'exploitation ou du point de vente. Le tout agrémenté de photos des exploitants.

Entre le 1er (date de son lancement) et le 3 octobre, le site a enregistré environ 3 000 connexions. Un démarrage "très fort", se réjouit Marc Gaudet, tandis que 10 000 exemplaires de la version papier ont déjà été tirés. Bientôt diffusé chez les producteurs recensés, dans les offices de toursme, les restaurateurs, commerçants, marchés et mairies, le guide "pourrait être réédité assez rapidement en 2022", espère le président du département.

Le "consommer local" n'est pas "qu'un coup de communication", plaide-t-il : "Au pire de la crise, en avril et mai 2020, les transports de légumes d'Espagne et d'Italie étaient très perturbés. Les producteurs ont vu les clients revenir acheter des produits locaux", se souvient-il. L'initiative "Mangeons Loiret" vise désormais à "capitaliser, si je puis dire, sur cette vague". 

Concurrencer la grande distribution

Une façon d'aider des agriculteurs qui, notamment à l'installation, peuvent avoir du mal à poursuivre leur activité. D'où la nécessité d'accepter de consommer en dehors des grandes surfaces, et de "payer parfois plus cher pour manger local et de saison, parce que ce n'est pas de la grande production". "Parfois, les prix pratiqués en supermarchés sont anormalement bas", s'indigne Marc Gaudet. 

A l'avenir, le président du conseil départemental souhaite réfléchir à une mutualisation avec les autres départements du Centre-Val de Loire, et envisage des discussions avec la région, qui a déjà lancé sa propre plateforme, "Produits frais locaux en Centre-Val de Loire".

D'autres initiatives locales ont été mises en place pour aider le circuit court dans le cadre de l'opération "Mangeons Loiret", comme un drive des producteurs à Orléans et Amilly, et un marché des producteurs sur le parvis de l'Hôtel du Département, en plus de soutiens financiers des diverses échelles de collectivités. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie agriculture