• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Malesherbes : la femme découverte morte après un incendie avait été égorgée

Le palais de justice d'Orléans / © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Le palais de justice d'Orléans / © GUILLAUME SOUVANT / AFP

Selon les résultats de l'autopsie pratiquée hier à l'Institut médico-légal de Tours, la femme de 22 ans retrouvée morte après l'incendie de son appartement à Malesherbes dans la nuit de mardi à mercredi avait été égorgée. Son mari a été présenté ce vendredi matin à un juge d'instruction orléanais. 

Par Marine Rondonnier

Dans la nuit de mardi 13 août à mercredi 14 août, une femme de 22 ans a été retrouvée morte après l'incendie de son appartement dans l'incendie de son appartement à Malesherbes dans le Loiret. Son mari, lui aussi âgé de 22 ans, avait extrait des flammes le bébé du couple âgé de trois mois. 

La victime était décédée avant l'incendie

Hier, l'autopsie du corps de la jeune femme a révélé qu'elle était décédée des suites d'une hémorragie massive après avoir été égorgée. Elle était décédée avant que le feu prenne dans l'appartement. 

Le mari de la victime entendu par un juge d'instruction

Ce vendredi matin, le mari de la victime a été présenté à un juge d'instruction orléanais. 
Le Parquet d' Orléans demande l'ouverture d'une information judiciaire pour "meurtre sur conjoint et destruction volontaire par incendie ainsi qu'un mandant de dépôt. "

Un mari qui ne dit rien

" Le pire dans cette histoire c'est le mutisme du mari. Nous espérons que le juge d'instruction a réussi à le faire parler. Nous avons besoin de l'ouverture d'une information judiciaire pour faire toute la lumière sur les faits ", nous explique Alain Leroux, adjoint du Procureur de la République d' Orléans. 

Ce qui est certain pour le Parquet c'est l'absence d'une autre personne qui aurait pu commettre les faits. "La chronologie et l'examen des relevés téléphoniques du mari nous permettent de retracer son emploi du temps. Il n' y a aucune place pour un tiers ." 

Le mari de la jeune femme décédée est le principal suspect. 

Peine encourue : réclusion criminelle à perpétuité 

Si l'enquête confirme les soupçons du Parquet, le mari encourt la réclusion criminelle à perpétuité car il s'agirait d'un homicide volontaire aggravé. Aggravé par le fait que la victime soit la conjointe du suspect. 

Le bébé du couple a été placé en structure d'accueil par l'Aide sociale à l'enfance. " Si la famille habite près de Malesherbes et de Pithiviers, nous avons besoin de connaître le contexte familial pour que l'enfant retrouve ses proches", confie l'adjoint au Procureur. 

Le couple s'était installé début janvier 2019 dans cet appartement et selon les voisins, il n'y avait aucun signe de violences. Ils n'étaient ni l'un ni l'autre connus des services de police et aucune plainte pour violences conjugales n'avait été déposée. 
 

Sur le même sujet

Morgan Bourc'his, champion du monde d'apnée

Les + Lus