La balle au prisonnier, un sport qui se démocratise à Orléans

Publié le Mis à jour le
Écrit par Arnaud Moreau
© France 3 Centre-Val de Loire

Ramasser un ballon, viser un camarade dans le camp adverse et le toucher pour l’éliminer, c’est le principe de la balle au prisonnier. De ces règles simples on en a fait un sport, appelé dodgeball : en effet, « dodge » signifie esquive en anglais. Cette pratique se développe à Orléans.

durée de la vidéo: 02 min 38
La balle au prisonnier, un sport qui se démocratise à Orléans ©France 3 Centre VDL


Le dodgeball, très développé en Angleterre, arrive en Europe et commence à se développer en France où quelques équipes se créent. C’est le cas du dodgeclub d’Orléans, né il y a tout juste un an, et qui compte désormaisprès de 60 licenciés.

D’ailleurs, 14 joueurs du club font partie de l’équipe de France et disputent des matchs internationaux.

Un jeu avec des règles très précises


Au niveau du jeu, le dodgeball ne se résume pas à tirer bêtement sur ces adversaires du camp d’en face, il y a des règles précises. Elles portent sur le nombre de ballons que l’on peut jouer simultanément, la façon d’éliminer ses adversaires, la possibilité de certains tirs (en extension notamment). Chose rare dans un sport collectif : les équipes sont mixtes.

Ce dimanche le club accueille un tournoi amical avec les meilleurs joueurs français au gymnase Daniel Deniau d’Orléans. Par ailleurs, il propose le 4 décembre prochain des ateliers caritatifs au gymnase Jeanne d’Arc d’Orléans au profit du téléthon.

Et enfin le club organise un challenge national à Orléans les 18 et 19 février prochain. Une centaine de joueurs seront présents et 500 spectateurs attendus.
À cette occasion, il recherche des sponsors ou toute personne souhaitant le soutenir.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.