Deux lance-roquettes découverts lors d'une saisie d'armes “exceptionnellement inquiétante”

Illustration / © Simon Auffret
Illustration / © Simon Auffret

Sur la piste d'un trafic de drogue, la police judiciaire d'Orléans a mis la main sur un important trafic d'armes dans l'Eure-et-Loir, l'Eure et les Yvelines. Quatre personnes ont été interpellées.

Par Simon Auffret

C'est, "de mémoire de service", la plus importante saisie d'armes jamais effectuée dans le département d'Eure-et-Loir. Une trentaine d'armes, dont sept armes de guerre parmi lesquelles deux lance-roquettes M80, deux kalachnikov, un fusil d'assault espagnol, un fusil "uzy" israëlien, un fusil thompson, tous approvisionnés, ont été découverts le 8 novembre.

L'enquête, menée par le SRPJ d'Orléans, a débuté il y a deux ans. Des soupçons de trafic de stupéfiants s'accumulent autour d'un box de garage dans la commune de Lucé, près de Chartres. Une enquête préliminaire débute en octobre 2015, et voit les soupçons des enquêteurs se confirmer. En décembre 2016, une information judiciaire est ouverte aux chefs d'infraction à la législation sur les stupéfiants et sur les armes.

"Une surveillance physique et technique est alors mise en place", raconte Rémi Coutin. La phase d'interpellation est fixée au 8 novembre 2017. Autour des domiciles des 5 suspects - à Saulx-marchais (Yvelines), Ézy-sur-Eure (Eure), Dreux, Vernouillet et Lucé (Eure-et-Loir) - un dispositif impressionnant se met en place. Pas moins de 100 enquêteurs de la PJ, du RAID, de deux brigades de la BRI et de la gendarmerie vont interpeller 4 personnes et visiter 6 caches potentielles, repérées pendant l'enquête.

Le cinquième suspect, en fuite, fait lui l'objet d'un mandat d'arrêt - qui devrait être émis dans les prochains jours. C'est sur la piste du trafic d'armes que s'orientent les conclusions de l'enquête - une partie d'entre elles "devaient servir à appuyer le trafic de stupéfiant en cours", explique le procureur.

"Exceptionnellement inquiétant"

Les quatre individus interpellés, connus des services de police, ont été placés en détention provisoire. L'un d'entre eux, en état de récidive légale, risque jusqu'à 20 ans d'emprisonnement.

"C'est exceptionnel, mais exceptionnellement inquiétant", lâche Rémi Coutin. "Inquiétant puisque cela montre la facilité avec laquelle certains individus bien ancrés dans le milieu de la délinquance peuvent entrer en possesson et faire le commerce de ce type d'armes."

Du trafic de stupéfiant suspecté, les enquêteurs n'ont découvert que quelques grammes de cannabis lors des perquisitions. À côté des armes de guerre, la liste des saisies s'allonge : 10 armes de poings, 22 armes longues - dont plusieurs transformées en armes semi-automatiques. Plusieurs dizaines de milliers de cartouches - plus de 80 kg à la pesée - et 13 000 € en espèce ont aussi été emportés.

Sur le même sujet

Réaction de Marc Sarreau après sa victoire sur le Tour de Vendée

Les + Lus