• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Duck races : l'association Je nettoie ma Loire lance une pétition contre les canards en plastique

Photo d'illustration
Photo d'illustration

Une pétition a fleuri ce mardi 7 mai sur les réseaux sociaux pour interdire "le déversement de canards en plastique dans les cours d'eau". Une pratique dont l'association Je nettoie ma Loire craint l'amplification avec la mode des duck races.

Par Bertrand Mallen

Les canards jaunes de la "duck race" font voir rouge. A Chenonceau, au moins 15000 canards doivent être lancés dans le Cher le 9 juin au cours d'un événement au profit de plusieurs associations caritatives.

Je collectionne des canards

Problème : l'association Je nettoie ma Loire voit dans ces lancers de canards, dont la mode se répand depuis quelques années, une menace pour l'environnement. En cause selon l'association, l'énorme quantité de plastique déversée dans les cours d'eau, photo à l'appui.

"Chaque fois on nous rétorque que 'tous les canards sont récupérés, et c'est pour une bonne cause'", détaille une pétition lancée sur les réseaux sociaux par Je nettoie ma Loire, tout en affirmant que "des canards ont été retrouvés dans de nombreuses villes où ces courses ont eu lieu".
​​​​​​L'association déplore que le rassemblement de fonds au profit des enfants malades se fasse au détriment de la nature : "il faut trouver un matériau respectueux de l'environnement ! Pour le bien de ces enfants malades qu'on veut aider, et pour éviter que d'autres ne tombent malade à leur tour." La pétition a déjà récolté près de 150 signatures.

Malgré la promesse que tous les canards sont récupérés, l'inquiétude reste vive du côté des pétitionnaires. Une inquiétude à laquelle tente de répondre Carl Thiercelin, organisateur de la "duck race" de Chenonceau. "La zone où les canards vont circuler est bloquée par des boudins en plastique, qui vont les guider vers un entonnoir où tous les canards seront rassemblés", explique-t-il au téléphone.

"Je conçois qu'ils soient en grande majorité récupérés", réplique Maddy Amorim la présidente de l'association Je nettoie ma Loire. "Le problème, c'est de banaliser un geste, celui de déverser du plastique, qu'on ne doit plus accepter. Il faut être cohérent !" Le long du fleuve royal, jouets et détritus en plastique sont régulièrement ramassés par Je nettoie ma Loire.

Autre problème des canards : leur fabrication en "latex naturel", un matériau réputé biodégradable, mais qui peut en réalité rester plus de cinq ans dans l'environnement. Comme le rappelle de son côté l'ADEME, l'agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, "l’appellation biodégradable, compostable ou plus généralement dégradable ne peut en aucun cas être prétexte à l’abandon du produit dans la nature".

Encore une victoire de canard

Pour continuer de servir la bonne cause sans desservir la nature, les organisateurs envisagent d'ailleurs de mettre en service une nouvelle génération de palmipèdes "en fécules de pomme de terre" qui seraient, eux, parfaitement sans danger. Sans doute pas dès 2020, d'après Carl Thiercelin, mais peut-être dans une future réédition de l'événement.

Il semblerait donc que les canards jaunes de Chenonceau doivent bien prendre leur envol, le 9 juin prochain. Si vous souhaitez participer, il est encore temps de parrainer l'un des 15 000 canards au profit d'une association.

A lire aussi

Sur le même sujet

Tours : la première pierre du projet "Porte de Loire" posée ce matin

Les + Lus