• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Orléans : les sans-abris de la dalle Saint-Paul sommés d'évacuer par la justice

Le campement de la dalle Saint-Paul, à Orléans. / © France 3 CVDL / A. Wernert
Le campement de la dalle Saint-Paul, à Orléans. / © France 3 CVDL / A. Wernert

Le tribunal de grande instance d'Orléans a décidé vendredi du démantèlement du camp qui abritait migrants et SDF dans ce quartier orléanais. Ils devront partir d'ici mardi.

Par ML et AW

Ils étaient une petite trentaine à s'abriter à la dalle Saint-Paul, située dans le centre-ville d'Orléans. Ce samedi, seuls onze d'entre eux y avaient encore passé la nuit. Le tribunal de grande instance a ordonné vendredi l'évacuation des personnes, SDF et surtout migrants, qui avaient élu domicile à l'îlot Saint-Paul. Ils devront avoir quitté les lieux avant mardi. "Je suis vraiment inquiet de l’information qui vient de nous parvenir, nous disant qu’on doit déguerpir d’ici, parce que je ne sais pas où aller,  témoigne l'un d'eux, originaire de Guinée. Nous voulons un abri où dormir, juste la nuit. C’est ce dont nous avons besoin."
 

La décision du tribunal résulte de demandes d'expulsions émanant du syndicat de copropriété de riverains et de la ville d'Orléans. Car la présence de 28 personnes au maximum provoquait des nuisances sonores et olfactives. « Ils ont le droit à un toit, à un certain respect, assure Freddy Zerbib, qui tient un restaurant à proximité. A côté de ça, comme ce n’est pas très clean, je me dis que la clientèle, si elle ne passe pas dans le coin, c’est parce qu’ils doivent craindre… Pour autant, il n’y a jamais eu de problème. »
 
Orléans : les sans-abris du quartier Saint-Paul sommés d'évacuer par la justice
Reportage d'A. Wernert et J. Roché. Avec Annick Berneau, de l'association Au coeur de la rue, et Freddy Zerbib, restaurateur.

Reste à savoir où ils pourront aller. C'est l'inquiétude d'Annick Berneau, de l'association Au coeur de la rue, consternée par leurs conditions de vie. « C’est une bonne nouvelle parce que ce n’est pas une vie ici, reconnaît-elle. Vous ne pouvez pas vivre comme ça dans la saleté que vous provoquez involontairement parce que ce n’est pas équipé pour. Mais c’est une mauvaise nouvelle parce que ceux qui ne sont pas relogés n’ont pas d’endroit où aller. » Selon la mairie d'Orléans, les SDF de nationalité française devraient être placés en hébergement d'urgence. Les demandeurs d'asile, eux, seront pris en charge par la préfecture. 

 

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus