• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Football : la Ligue du Centre-Val de Loire condamnée à verser 28 000 euros à trois salariées harcelées

Photo d'illustration / © Julie Postollec
Photo d'illustration / © Julie Postollec

La Ligue de football de la région Centre-Val de Loire a été condamnée à verser 28 000 euros de dommages et intérêts à trois salariées, victimes de harcèlement moral et sexuel. Les trois femmes disaient avoir subi le comportement déplacé de Jacky Fortépaule, l'ancien président de la Ligue.

Par France 3 Centre-Val de Loire

"C'est un soulagement", concède Me Chevret, l'avocat des trois plaignantes. Après des mois d'une procédure éprouvante, les trois femmes, salariées de la Ligue Centre-Val de Loire de football, ont obtenu gain de cause auprès du conseil des prud'hommes d'Orléans. La Ligue va devoir verser "au titre des dommages et intérêts" une somme totale de 28 000 euros aux plaignantes, à laquelle il faut rajouter le remboursement de leurs frais de justice.

Blagues machistes et photos pornographiques

Dans les trois cas, une "ambiance de travail délétère" sur fond de blagues machistes répétées et d'envoi de photos à teneur misogynes, voire pornographiques. Ont été évoquées, pêle-mêle, des remarques sur les petites culottes, sur la vaisselle, voire carrément des insultes : "T'es qu'une secrétaire de merde." L'une des plaignantes a d'ailleurs fait état d'un arrêt de travail de deux mois suite à ce harcèlement.

"C'est une procédure qui a été difficile pour mes clientes", commente Me Chevret, "d'autant que deux d'entre elles étaient toujours dans l'entreprise au cours de ces derniers mois". Une lutte qui se conclut donc par une reconnaissance 

Une nouvelle direction aux commandes

De son côté, Jacky Fortépaule a été poussé à la démission sous la pression des adhérents et des dirigeants de clubs, après la révélation des faits en 2018. Malgré l'arrivée d'une nouvelle direction qui affiche son attachement à la lutte contre les maltraitances, la Ligue sera à nouveau entendue lors d'une prochaine audience, programmée au 25 septembre. Cette fois, ce sont d'anciens cadres de la Ligue qui accusent l'ancien président de harcèlement. Une procédure au pénal a également été engagée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus