Paroles de confinés : le cycliste orléanais Pierre Rolland partage ses entraînements avec 800 personnes

Pierre Rolland au Tour du Limousin 2019. / © Thomas JOUHANNAUD/PHOTOPQR/POPULAIRE DU CENTRE/MAXPPP
Pierre Rolland au Tour du Limousin 2019. / © Thomas JOUHANNAUD/PHOTOPQR/POPULAIRE DU CENTRE/MAXPPP

Habitué à pédaler une trentaine d’heures par semaine, le cycliste loirétain Pierre Rolland s’adapte pendant le confinement. Depuis chez lui, il partage quelques-unes de ses séances d’entraînement en direct avec sa communauté. La dernière a rassemblé plus de 800 personnes.

Par Julie Postollec

Qui a dit qu’on était totalement isolé lors de ce confinement ? Certainement pas Pierre Rolland ! Le cycliste natif de Gien est certes confiné chez lui à Orléans, avec sa femme et ses deux filles, sans pouvoir pédaler sur les routes du Loiret, de Touraine ou de Sancerre.

Mais lors de la dernière séance d’entraînement qu’il a partagée en Facebook Live, plus de 800 personnes se sont connectées au direct et ont laissé plus de 900 commentaires.
Le coureur a eu cette idée en discutant avec des "cyclosportifs de la région". "Ils n’arrivaient pas à s’entraîner sur home trainer (appareil sur lequel on installe son vélo et qui reproduit les conditions du pédalage en extérieur, NDLR). Ils m’ont demandé de leur donner des idées", raconte-t-il. 

Pierre Rolland a alors pensé à partager une de ses séances en direct pendant une heure pour "rendre la chose la plus interactive". Face au succès du premier Facebook Live, "on a donc décidé avec mon équipe de le faire deux fois par semaine. Le mercredi soir et dimanche en fin de matinée pour essayer de rythmer la semaine."

"Cela me donne un but"

Dans les commentaires du direct, plusieurs participants remercient Pierre Rolland pour son coaching, un rôle qu’il n’a pas l’habitude d’endosser.  "Je n’ai jamais coaché personne, je n’en ai pas la prétention, mais cela permet de passer un bon moment pendant une heure, ça interagit beaucoup", se réjouit-il.

Si cela permet aux gens qui sont derrière leur écran de bien se défouler, de lâcher prise pendant une heure, ça me contente largement.

S’il les fait "avec beaucoup d’envie", c’est aussi que ces séances en ligne lui font du bien : "ça me donne un petit but à ma semaine. Le fait d’avoir ces petits rendez-vous qui s’enchaînent tous les 3-4 jours permet de faire passer plus vite le confinement".

2 entraînements par jour

Il faut dire que cette situation est d’autant plus complexe pour un athlète qui pratique un sport de plein air. "En principe je m’entraîne en moyenne à l’extérieur entre 20 et 30 heures, 35h dans les grosses semaines", précise-t-il.

Après avoir mis quelques jours à accepter la situation, le coureur a ressorti tout son matériel de gym dont il se sert habituellement en hiver. Comme tout cycliste professionnel, il a aussi un home trainer.

Il a fallu s’adapter, se créer de nouvelles routines.

"Je m’astreins à deux entraînements par jour, un de vélo le matin, et l’après-midi c’est soit une deuxième séance de vélo, soit une séance de renforcement musculaire", détaille Pierre Rolland.

"Rien de pire que de pédaler sans avancer"

Quand il se met à pédaler sur son home trainer, il partage certes une heure de temps en temps avec ses fans, mais il a aussi et surtout les entraînements que son équipe B&B Hôtels-Vital Concept lui a préparés, ainsi que les plateformes d’entraînement virtuel comme BKool, Trainer Road ou encore Zwift qu’il utilise.

"Il n’y a rien de pire que de pédaler et ne pas avancer d’un millimètre, souffle-t-il. C’est long mentalement, c’est assez coûteux, donc ces plateformes permettent de rendre la chose un peu plus interactive même si c’est du virtuel."

Il a installé devant son home trainer un grand écran où il voit défiler le paysage. "On peut se regrouper (avec d’autres coureurs, NDLR), faire des parcours, du coup il y a une petite interactivité qui fait que les séances sont moins monotones."
Le coureur cycliste orléanais Pierre Rolland partage une partie de ses séances d'entraînement avec sa communauté sur Facebook. / © Capture d'écran / Page Facebook "Pierre Rolland" - droits réservés
Le coureur cycliste orléanais Pierre Rolland partage une partie de ses séances d'entraînement avec sa communauté sur Facebook. / © Capture d'écran / Page Facebook "Pierre Rolland" - droits réservés
Pierre Rolland reconnaît que ce n’est pas un entraînement des plus difficiles, et que sa condition physique "va baisser mais le but est de la maintenir du mieux possible".

Il arrive cependant à enchaîner près de 20 heures de vélo par semaine : "en étant enfermé, c’est déjà pas mal", argue-t-il.

"Difficile de s'entraîner sans but"

20 heures d’entraînement pour se maintenir en forme, mais avec quel objectif derrière ? Lui qui devait participer avec son équipe B&B Hôtels-Vital Concept au Tour de France 2020 s'interroge comme tous les coureurs : le Tour sera-t-il reporté ? A quelle date ?

"C’est difficile pour un sportif de s’entraîner sans but, reconnaît-il. A l’heure actuelle, on n’a aucune visibilité sur la date de notre reprise, notre calendrier"

Le coureur orléanais espère en tout cas que le Tour aura bien lieu, "parce que si c’est maintenu, cela veut dire que la situation sanitaire s’est beaucoup améliorée en France, en Europe et partout dans le monde. Donc on espère qu’en juillet tout aille bien". La possibilité du huis-clos en tout cas a été écartée. 
Au-delà du Tour, il se demande aussi comment les autres compétitions vont être programmées. "Normalement une saison de vélo finit vers la mi-octobre. Là, ils parlent d’aller jusqu’à fin novembre. On n’a aucune visibilité, et c’est d’autant plus dur de garder le cap sur des entraînements très durs qui demandent beaucoup d’implication."

Juste des sorties en famille

Il cherche donc essentiellement à garder la forme, et un rythme de vie en général "parce que c’est facile au bout d’un moment de rester en pyjama, de rien faire de ses journées", avoue-t-il, un sourire dans la voix.

Pierre Rolland n’a pas vraiment ce problème puisqu’en plus des entraînements de vélo, il a ses deux enfants à gérer : "c’est eux qui nous mettent le rythme ! " Il sort parfois dans son quartier quelques minutes avec ses filles. Mais ce sont les seules sorties qu’il s’autorise, il ne fait même pas de footing.

En tant que sportif, on est obligé de montrer l’exemple et de respecter les règles.

 Pas d’écart non plus du côté de la nourriture : "mon volume hebdomadaire a diminué, donc faut faire vraiment attention aux à-côtés". Il publie d’ailleurs avec humour ses plats qui vont laisser certains fans un peu sur leur faim. 
 

Découvrez le confinement d'autres artistes, auteurs ou encore sportifs de la région dans notre carte intéractive :


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus