Loiret : le chantier du nouveau diffuseur Saran-Gigy sur l'A10 a officiellement été lancé

L'objectif de ce nouvel échangeur est de désengorger la sortie Orléans-Nord et de desservir le pôle 45 de Saran et la zone d'activité de Gidy. La mise en service est prévue fin 2023

Les travaux du nouvel échangeur Saran-Gidy sur l'autoroute A10 ont officiellement débutés lundi 18 octobre. La nouvelle bretelle devra désengorger la sortie "Orléans-Nord" et permettra d'accéder plus facilement aux zones d'activités de Saran et de Gidy.

Désengorger la sortie Orléans-Nord

Empruntée par beaucoup de poids lourds qui travaillent notamment avec le pôle 45 de Saran, la sortie "Orléans-Nord" est très régulièrement congestionnée matin et soir aux heures de pointe. L'objectif de ce nouvel échangeur est de désengorger la sortie Orléans-Nord et de desservir le pôle 45 de Saran et la zone d'activité de Gidy. Il offrira un gain de temps important, notamment aux transporteurs. 

Une meilleure desserte du Pôle 45

Le Pôle 45 à Saran près d'Orléans, est la plus importante zone d'activités du Loiret et compte 230 entreprises. Situé au sud des deux aires de service de Gidy et Orléans-Saran et à deux kilomètres au nord de l’échangeur actuel d’Orléans-nord, ce nouveau diffuseur, avec deux bretelles d'entrée et de sortie, deux giratoires et une gare de péage, devrait voir passer entre 10.000 et 15.000 véhicules par jour, dont 30% de poids-lourds. Ce qui devrait fortement alléger le trafic au niveau de la sortie Orléans-Nord. La mise en service du nouvel échangeur de l'A10 à Gidy devrait être effective fin 2023. 

Un financement multiple

Le chantier, qui coûtera 35 millions d'euros, est financé en grande partie par Vinci Autoroutes, à hauteur de 18 millions d'euros. Le Département du Loiret apporte 10 millions d'euros et Orléans Métropole 7 millions d'euros. 

Respect de l'environnement et prévention des inondations

À l'emplacement même des travaux, se trouvent des zones humides fréquentées notamment par deux espèces d'oiseaux (le Bruant des roseaux et le Bruant jaune, classés vulnérables). Vinci Autoroutes a prévu de replanter 2.000 arbres et des zones humides pour créer un corridor écologique, voué à permettre la mobilité des animaux. Vinci Autoroutes doit également tenir compte des risques d'inondation. On se souvient des inondations de juin 2016, où des centaines d'automobilistes étaient restés bloqués sur l'autoroute. Enfin, au niveau de la future gare de péage de Saran-Gidy, les eaux fluviales seront récupérées pour alimenter les sanitaires et servir pour le nettoyage de la gare de péage.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
autoroute a10 économie transports trafic routier