• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Médiator : le préjudice d'anxiété reconnu

© Maxppp
© Maxppp

C'est une première dans l'affaire autour du Médiator, un médicament fabriqué par les Laboratoires Servier, à Gigy, dans le Loiret. Douze anciens utilisateurs du médiator se sont vus reconnaître, ce jeudi, un préjudice d’anxiété.

Par D.Cros avec AFP

Ils n'étaient pas malades mais inquiets d'avoir pris du Médiator : la justice leur reconnaît un préjudice d'anxiété. A ce titre, dans trois décisions, les juges des référés du tribunal de Grande Instance de Nanterre ont condamné les laboratoires Servier à payer 1500 euros de provisions sur indemnisation. 12 des 50 demandeurs sont concernés, mais il s'agit d'une première.

Les demandeurs ont démontré la réalité de cette angoisse : notamment par un suivi médical contraignant dans les deux années qui ont suivi la prescription ou la commercialisation du produit.

Au delà de ce délai, les demandeurs ont fait valoir un risque qui ne peut être actuellement exclu de développer une hypertension artérielle pulmonaire. 

Maître Martine Verdier espère que cette ordonnance fera jurisprudence pour les autres victimes. Quant aux 38 autres demandeurs déboutés sur la seule crainte de développer une maladie grave, ils ont deux mois pour faire appel de cette décision. 

► Interview de Me Martine Verdier, avocate des victimes du Médiator

Médiator : le préjudice d'anxiété reconnu
C'est une première dans l'affaire autour du Médiator, un médicament fabriqué par les Laboratoires Servier, à Gigy, dans le Loiret. Douze anciens utilisateurs du médiator se sont vus reconnaître, ce jeudi, un préjudice d’anxiété. - France 3 Centre-Val de Loire - France 3 Centre-Val de Loire



Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus