• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Miss France dédié à la cause des femmes ? L'initiative qui fait grincer des dents

Le passage en maillot de bain, une épreuve particulièrement critiquée du concours. / © Pascal GUYOT / AFP
Le passage en maillot de bain, une épreuve particulièrement critiquée du concours. / © Pascal GUYOT / AFP

Dédier la soirée Miss France à lutte contre les violences faites aux femmes ne suffit pas à faire taire les critiques contre un concours toujours jugé sexiste. 

Par Yacha Hajzler / Avec AFP

"Il est dommage que la seule soirée de l'année dédiée aux femmes à la télévision cultive l'idée de la femme objet." La phrase est de Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole de l'association Osez le féminisme.

Après l'action "Miss France, on vaut mieux que ça", organisée sur les réseaux sociaux, c'est au tour de l'association féministe de faire part de ses réserves, voire de son dédain.


Si Sylvie Tellier, directrice de la société Miss France, a annoncé que l'élection serait dédiée à la lutte contre les violences faites aux femmes, cela ne suffit pas pour ses détracteurs à justifier le spectacle. 

Critères inatteignables


"L'élection Miss France est un concours qui repose sur des critères de beauté réducteurs et ridicules. Il serait plus judicieux de valoriser les talents, plutôt que des stéréotypes physiques irréels", a fait valoir Raphaëlle Leleu-Rémy auprès de l'AFP. Irréels, ou en tout cas assez éloignés de la Française type. 

En effet, une miss France, c'est 1,70 mètres mininum et 1,76m en moyenne, pour environ 55 kilos. La Française moyenne, elle, mesure environ 1,63m pour 63kilos.

Si le formulaire d'inscription à Miss France ne demande pas directement le poids des candidates, elle demande bien la taille (sans talons) et une "taille confection", soit les mensurations nécessaires à la réalisation de costumes. Sont également demandées la couleur des yeux, des cheveux, ou encore la présence d'extensions ou d'un tissage dans la chevelure. 

Une partie des critères de sélection sont centrés sur le physique des Miss, complètement hors normes. / © France 3 CVDL
Une partie des critères de sélection sont centrés sur le physique des Miss, complètement hors normes. / © France 3 CVDL


Si on est tenté de cantonner l'argumentaire aux collectifs féministes, ils ont reçu un soutien de poids : celui de l'ancienne présidente Geneviève de Fontenay, qui a estimé qu'il fallait "revenir aux fondamentaux de Miss France : désigner la gagnante pour son visage, son QI et non pas son nombril". 

"Les jeunes filles ne vont pas rester muettes" 


Du côté de l'organisation, on défend évidemment le concours, en essayant d'en faire valoir d'autres aspects. "Les critères ne sont pas seulement physiques", argumente Sylvie Tellier. "Depuis quelques années, les miss agissent pour de belles causes, notamment pour améliorer la condition féminine"

C'est exact : le formulaire s'intéresse également à la personnalité des Miss. On leur demande ainsi les études qu'elles poursuivent, leurs rêves, leurs activités sportives ou musicales... Pas de mention en revanche d'un quelconque engagement humanitaire ou sociale. 

"Miss France étant une vitrine avec des millions de téléspectateurs, bien entendu les jeunes filles ne vont pas rester muettes", a également assuré jeudi Jean-Pierre Foucault, qui animera cette soirée pour la 23e fois. 

Bonne ou mauvaise foi ? Quoi qu'il en soit, environ 7 millions de téléspectateurs sont attendus pour trancher la question. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus