Orléans : un rassemblement contre les féminicides après la mort d'une femme de 22 ans à Malesherbes

A l'initiative de cinq associations et syndicats, un rassemblement a eu lieu ce samedi place de la République à Orléans pour dénoncer les féminicides. Une cinquantaine de personnes étaient présentes.
Marianne, recouverte d’un drap maculé de sang place de la République, à Orléans.
Marianne, recouverte d’un drap maculé de sang place de la République, à Orléans. © France 3 Centre-Val de Loire
"Ni drame conjugal, ni crime passionnel." Voici ce qu'on pouvait lire place de la République à Orléans ce samedi 24 août sur des affichettes concoctées par cinq associations et syndicats - Solidaires Loiret, CGT Loiret, Nous Toutes 45, Le planning familial 45 et la Fédération syndicale unitaire. La statue de Marianne était elle recouverte d’un drap maculé de sang. Objectif : dénoncer les féminicides, surtout cet été, où il y a eu "une augmentation de meurtres de femmes", selon Agathe Fournigault de la Commission femmes de Solidaires Loiret. Une cinquantaine de personnes ont répondu présent.
 

"Pas de trêve estivale pour les violences conjugales"

L'un d'entre eux a eu lieu dans le Loiret. A Malesherbes, dans la nuit du mardi 13 août au mercredi 14 août, une femme de 22 avait été égorgée avant que le crime ne soit déguisé par un incendie. Le principal suspecet, le mari de la victime, est actuellement en prison. 

 



Un féminicide - 94 ont eu lieu depuis le début de l'année - et un contexte estival propice à ces violences qui ont poussé ces organismes à se rassembler de nouveau, deux mois après le dernier. "On voulait également se rassembler avant le Grenelle des violences conjugales, le 3 septembre, organisé par Marlène Schiappa", explique Agathe Fournigault, qui le considère comme "une supercherie. Syndicats et associations ne seront pas entendus". 
 

durée de la vidéo: 00 min 17
Agathe Fournigault : "Le Grenelle des violences conjugales de Marlène Schiappa ? Une supercherie !"



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société violence faits divers manifestation économie social féminicide