• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Pôle Santé Oréliance : retrouver sa notoriété pour lutter contre le déficit de bébé à la maternié

© Oréliance
© Oréliance

Entre la modernisation de l' hôpital public de la Source (CHRO Orléans) et le déménagement-regroupement des cliniques privées à Saran, la maternité d'Oréliance ne peut que constater une fuite des bébés. Le groupe privé de santé propose ses services à l'hôpital et tente de se refaire une notoriété.

Par France 3 Centre-Val de Loire

Avant la création du pôle santé Oréliance à Saran(45), la clinique privée "Les longues Allées" à Saint Jean de Braye réalisées prés de 1500 accouchement par an avec une solide réputation. Après le déménagement à Saran et le transfert de la maternité privée dans le pôle santé Oréliance, jamais le nombre de naissances n'a retrouvé ce niveau. Avec des installations modernisées et des locaux neufs, la clinique tablait sur 2000 nouveau-né par an. Avec 530 accouchements en 2017, le groupe est bien loin des ambitions affichés et l'urgence est à "la reconquête de part de marché".

Ces dernières années, les couples français ont marqué une volonté de haute technicité dans la prise en charge de l'accouchement et c'est l'hôpital public qui est plébiscité avec son service de réanimation (Niveau 3). Un plateau technique existant uniquement dans le public, à Tours et Orléans.
De son coté, la maternité privée a investi au niveau 2, c'est-à-dire avec des capacités de néonatalogie.

© oréliance
© oréliance


Pour retrouver un nombre d'accouchements en rapport avec son investissement, la clinique privée souhaite aujourd'hui obtenir un conventionnement avec l'hôpital afin qu'il se "déleste des accouchement sans problème" comme l'exprime Patrick Roussel , le président d'Oréliance.

Une demande de coopération public-privé qui tombe mal pour le syndicat CGT de l'hôpital. Fermetures de lits et suppression de postes ont récemment affecté la maternité du CHRO d'Orléans dans le cadre d'un plan d'économie. Pour David Caillaud, délégué CGT, " pas question de rentrer dans un système marchand, où les accouchements dit rentable iraient au privé et à charge pour l'hôpital les cas difficiles et compliqués. le service public accueille tout le monde".

Dans sa stratégie de reconquête de sa notoriété passée, la clinique Oréliance compte sur les réseaux sociaux et son investissement ultra-moderne dans un service de Procréation Médicalement Assistée.

Sur le même sujet

Saran : le centre pénitentiaire ouvert à nouveau

Les + Lus