Une première session du Parlement rural pour retrouver “la reconnaissance des territoires”

Illustration. Près de 300 personnes se sont retrouvées à l'occasion de la première session du Parlement rural, ce mardi 15 et mercredi 16 octobre. / © Pixabay
Illustration. Près de 300 personnes se sont retrouvées à l'occasion de la première session du Parlement rural, ce mardi 15 et mercredi 16 octobre. / © Pixabay

Donner une nouvelle voix à des territoires isolés ou trop souvent délaissés. Tel était l'objectif de la première session du Parlement rural impulsée par plusieurs élus de la région Centre-Val de Loire. Celle-ci s'est déroulée mardi 15 et mercredi 16 octobre dans la Nièvre.

Par Antoine Belhassen

Près de 300 "parlementaires ruraux", deux jours de d'échanges et quelques 600 contributions. La première session du Parlement rural, qui s'est déroulée le mardi 15 et mercredi 16 octobre dans la Nièvre, a porté tous ses fruits.

L'initiative, née en début d'été sous l'impulsion de plusieurs élus de la région Centre-Val de Loire, a rassemblé toutes sortes d'acteurs : chefs d'entreprise, élus, associations, étudiants, artistes... Au terme de leurs discussions, quatre axes de travail majeurs ont été retenus pour construire la ruralité de demain : "des territoires trop souvent délaissés ces dernières années et qui commencent à se faire entendre", selon Patrice Joly, sénateur PS de la Nièvre et membre de l'organisation.


Des mesures remises au Premier ministre


Parmi les pistes de travail prioritaires, l'assemblée a retenu, entre autres, la création d'un fonds d’innovation territoriale, la revitalisation de zones commerciales dans les milieux ruraux, la résolution des zones blanches ou encore le recrutement et le déploiement de 400 postes de médecins salariés...

Le Parlement rural, institution informelle, ne dispose pas de pouvoir législatif. Mais le résultat des discussions a été remis au Premier ministre ainsi qu'aux groupes Ruralités de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

Lutter contre la métropolisation des politiques


"La réussite de cette première édition marque une nouvelle étape dans la reconnaissance de ces territoires", explique Patrice Joly. D'autres sessions du Parlement rural sont déjà prévues : "Une assemblée par an sera prévue afin de dégager des pistes de travail. Une deuxième réunion sera organisée comme un temps de veille pour surveiller l'application des mesures."

L'organisateur, également président de l'association Nouvelle Ruralité, se réjouit d'une prise de conscience autour des questions liées au monde rural :

Ce sont des territoires avec d'énormes capacités et qui sont également révélateurs des problématiques actuelles de la société, comme la transition économique et écologique, la désertification des territoires...

Un parlement rural dans le Loiret dès 2020 ?


"C'est une fierté personnelle d'en être arrivé là", se réjouit le député de la 6e circonscription du Loiret, Richard Ramos (MoDem). Celui qui est à l'initiative de ce Parlement rural se dit très heureux de la teneur des échanges pendant ces deux jours :

Nous avons réussi à parlementer tous ensemble. Nous sommes parvenus à mettre en avant la richesse du monde rural sans tomber dans le pessimisme qui peut gagner certains territoires.

Après le succès de cette première édition, Richard Ramos espère pouvoir établir un parlement rural à l'échelle de son département. Et ce, dès 2020 : "Cela nous permettrait d'être au plus près des préoccupations des personnes concernées", explique-t-il.

Sur le même sujet

Les + Lus