Dans le Loiret, le plus gros feu de l'été détruit 40 hectares de végétation, à Bouzy-la-Forêt

Publié le Mis à jour le
Écrit par Benoît Bruère et Thomas Hermans avec Charly Krief et Antoine Denéchère

Les pompiers du Loiret ont fait face à plusieurs feux de végétation ce jeudi 12 août. Le principal incendie, qui a débuté à 16h30 à Bouzy-la-Forêt, est fixé en début de soirée mais a nécessité une importante intervention de plus de 90 pompiers.

Cléry-Saint-André, Châteauneuf-sur-Loire, Loury... les départs de feu étaient nombreux ce jeudi 11 août dans le Loiret. Si ceux-là ont rapidement pu être maîtrisés par les pompiers, d'autres ont fait plus de dégâts. Ce jeudi matin, cinq hectares ont pris feu à Mézières-lès-Cléry, en bordure de Sologne, rapporte La République du Centre, information confirmée à France 3 par le SDIS 45. La faute aux températures qui grimpent, au vent attisant, et à la sécheresse qui dure.

Mais le plus important incendie s'est déclaré à 16h30 en lisière de la forêt d'Orléans, à Bouzy-la-Forêt. Les flammes ont déjà dévoré 40 hectares de végétation : en début de soirée, la préfecture du Loiret indique que "le feu est maîtrisé et ne se propage plus" et qu'aucune victime n'est à déplorer. 

Tout a commencé par un feu en bordure de chemin, indique le lieutenant-colonel Rodolphe Bideault, commandant des opérations qui ont mobilisé 95 pompiers du Loiret, épaulés par un groupe d'intervention venu de Loir-et-Cher et un autre d'Indre-et-Loire. "Notre vrai souci a été de protéger les habitations et la forêt d'Orléans, au nord, qui n'a jamais été vraiment menacée grâce aux renforts des collègues des autres départements et des agriculteurs venus en renfort".

L'origine de l'incendie est indéterminée, ce jeudi soir, une enquête de gendarmerie est ouverte. "Nous avons engagé 95 pompiers et 20 engins, c'est un dispositif conséquent sans mesure avec les incendies ailleurs en France, mais pour le Loiret, c'est le feu le plus important de la saison. Ce feu a rapidement pris de l'ampleur en raison du vent mais aussi de la végétation, on n'est pas sur une forêt, on est sur une strate avec plein d'arbustes, très secs, très jaunes, très inflammables".

Ce jeudi soir, "la situation est sous contrôle, le feu a été arrêté à la route D88 [fermée à la circulation]", poursuite le lieutenant-colonel du SDIS 45, "on sait qu'on va y passer une partie de la soirée, on va revenir vendredi matin pour traiter les petites braises et fumeroles et on est fiers d'avoir œuvré pour l'environnement et d'avoir protégé six maisons".

Dans le 37 aussi, on signale des départs de feu, tous maîtrisés dans la journée. Pour l'instant, les pompiers assurent "avoir la capacité" d'envoyer des équipes combattre des feux plus gros ailleurs que chez eux, à savoir en Maine-et-Loire et dans le Loiret, donc. Dans le 45, le SDIS d'Indre-et-Loire explique que "le plus important, c'est d'intervenir au début, avant que le feu ne prenne de l'importance". Les pompiers de Touraine ont en revanche prévenu leurs collègues du Loiret : au retour du groupe, il n'y aura pas de relève, contrairement aux équipes qui se succèdent en Anjou depuis lundi. "Il faut aussi que nous gardions des moyens."

Car, si pour l'instant les départs de flammes en Indre-et-Loire étaient limités, gare à l'eau (ou plutôt au feu) qui dort. Dans l'Indre, les pompiers ont enregistré six départs ce jeudi, dont l'un est venu à bout de six hectares de végétation, principalement de broussailles et d'herbes sèches. Le SDIS confirme une augmentation du nombre de départs à cause de la sécheresse, même si pour l'instant, "on n'a pas eu de très gros incendie". Ne reste qu'à toucher du bois, pour que les forêts du Centre-Val de Loire soient préservées.

Depuis 2009, plus de 2 000 hectares de végétation ont brûlé en Centre-Val de Loire. Et les chiffres annuels sont en augmentation à cause du réchauffement climatique. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité