Sécheresse : l'ensemble du département de l'Indre passe en état de crise

Publié le
Écrit par Thomas Hermans .

La sécheresse continue de s'aggraver en Centre-Val de Loire. Ce 12 août, l'Indre est le premier département de la région à passer en entier en état de crise. Soit le plus grave niveau d'alerte. L'approvisionnement en eau potable commence à inquiéter.

Rien que de l'eau de pluie suffirait à soulager, ne serait-ce qu'un peu, les rivières du Centre-Val de Loire. En attendant que les nuages reviennent, la région reste en proie à une sécheresse intense : comme le résume la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal), "la tendance générale est au tarissement des cours d'eau", et "la baisse des niveaux se poursuit" du côté des nappes phréatiques, pourtant déjà bien basses. 

En gros, l'eau s'en va sans regarder derrière elle. Résultat : de plus en plus de bassins de cours d'eau passent en état de crise, le quatrième niveau d'alerte sécheresse... sur quatre. Ce vendredi 12 août, la préfecture de l'Indre s'est résolue à classer l'entièreté du département en situation de crise. Devenant le premier département du Centre-Val de Loire à sauter le pas.

"Prévision de pluies à l'état néant"

Les services de l'État en listent les raison dans un communiqué : 

Indice d’humidité des sols historiquement très bas, débits des cours d’eau à leur plus bas niveau, baisse du niveau piézométrique des nappes, températures caniculaires, prévisions de pluies à l’état néant exception faite des risques d’orages annoncés ce week-end.

Préfecture de l'Indre

L'arrêté de restriction entrera en vigueur à minuit ce samedi 13 août 2022. 

Ailleurs en Centre-Val de Loire, sans que la crise soit omnipotente, la situation est de plus en plus critique. La Loire, qui abreuve quatre des six départements de la région, devrait voir son niveau continuer de baisser. À Gien, le débit devrait atteindre les 38 m³ par seconde d'ici à quelques jours, un chiffre jamais atteint depuis la constructions des barrages de Naussac et Villerest en amont du bassin Loire-Allier. Sans leur soutien d'étiage, le débit serait même tombé sous les 15 m³ à la seconde. 

Vers une crise de l'alimentation en eau potable ?

La crise s'étend donc un peu partout. Dans le Cher, une grosse moitié du territoire est déjà classée en état de crise, qui concerne aussi les trois quarts de l'Indre-et-Loire depuis ce jeudi 11 août. Dans le petit quart restant en Touraine, la situation n'est pas forcément meilleure : les bassins y sont en alerte sécheresse renforcée, soit le niveau 3 sur 4. 

Dans les trois autres départements de la région, ce n'est pas beaucoup mieux. En Loir-et-Cher, 12 zones sont placées au moins en alerte sur les 15 du département. En Eure-et-Loir, la sécheresse concerne 88% du territoire, avec le bassin de la Vesgre dans le Drouis comme quasi unique rescapé. Enfin, le Loiret semble s'en sortir le mieux, avec 40% du territoire en crise, et 40 autres % en simple vigilance ou sans vigilance du tout.

Mais les prévisions météo étant ce qu'elles sont, pauvres en pluie comme l'explique la préfecture de l'Indre, pas sûr que la situation ne plonge pas aussi dans les autres départements de la région. Les services de l'État du 36 s'inquiètent même de la future situation de l'alimentation en eau potable, avec l'activation d'une cellule de crise "pour prévenir les risques de rupture d'approvisionnement". 

Toutes les informations sur le niveau d'alerte sécheresse de votre commune, et les mesures de restrictions correspondantes sont disponibles, selon votre lieu de résidence, sur les sites internet de :

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité