Terrorisme : trois personnes arrêtées après un attentat déjoué, dont deux en région Centre-Val de Loire

Trois suspects ont été mis en examen le 26 juillet pour "association de malfaiteurs terroristes". Deux d'entre eux étaient déjà détenus en région Centre-Val de Loire, l'un à Châteaudun (Eure-et-Loir), l'autre à Saint-Maur (Indre).
La prison de Saint-Maur (Indre), où l'un des suspects se trouvait déjà incarcéré au moment de son interpellation.
La prison de Saint-Maur (Indre), où l'un des suspects se trouvait déjà incarcéré au moment de son interpellation. © MAXPPP
Ils s'étaient rencontrés en prison et préparaient une attaque, selon les informations du Parisien. Trois hommes, dont l'un était déjà incarcéré à Châteaudun et un deuxième à Saint-Maur, ont été interpellés et mis en examen pour "association de malfaiteurs terroristes". L'un est un "revenant" de Syrie, incarcéré depuis 2014, un deuxième est un ancien légionnaire radicalisé, et le troisième, cerveau présumé de l'opération, avait été condamné pour "apologie du terrorisme".
 

Un projet encore très vague

C'est à Châteaudun que ce "cerveau" aurait rencontré et fraternisé avec le revenant, dont le groupe attendait la sortie de prison en août avant de passer à l'action. Fréquemment déplacé à cause de problèmes de comportement, ce même homme aurait recruté l'ancien légionnaire dans une prison de Toulon. Le projet d'attentat, encore très vague, aurait pu viser le personnel pénitentiaire, des sites institutionnels ou encore des passants. Pour le ministre de l'Intérieur, qui s'est exprimé ce mercredi, "c'était un projet, nous n'étions pas sur un niveau de risque particulièrement élevé".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société terrorisme faits divers