• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tours : un galeriste sommé par un abbé de retirer d'une exposition une photo de gorille

La vitrine de la galerie Gabillet, à Tours, cet après-midi. / © Eric Marlot
La vitrine de la galerie Gabillet, à Tours, cet après-midi. / © Eric Marlot

Le galeriste et antiquaire tourangeau Richard Gabillet a reçu samedi dernier une lettre de l'abbé Benoit Knittel, directeur de l'école de la Sainte-Face à Tours, dans laquelle il lui demande de retirer de sa vitrine une photographie de gorille en forme de croix. 

Par Clément Massé

Une photographie en forme de croix représentant un gorille et exposée dans son établissement a valu, samedi 19 novembre, au propriétaire de la galerie d'art Gabillet, Richard Gabillet, une demande de retrait de sa vitrine par l'abbé Benoit Knittel, directeur de l'école de la Sainte-Face à Tours.

Choqué par la démarche de l'abbé, le galeriste et antiquaire tourangeau a choisi de rendre public sur sa page Facebook cette lettre dans laquelle il voit une forme d'intimidation. 

Dans son texte, l'abbé Knittel estime que l'oeuvre exposée "outrage le fondateur du christianisme et tous ceux qui se reconnaissent du christianisme". Pour lui, ce "n'est pas de l'art. L'art doit tendre au beau, pas à la pure provocation".

Un élève de six ans perturbé

L'abbé explique que la photographie a perturbé l'un de ses élèves de six ans, qui "lui parlait d'un Christ en croix représenté par un singe".

L'image, actuellement visible dans la vitrine de la galerie de la rue Buffon à Tours, est effectivement celle d'un gorille, en forme de croix (voir la photo, ci-dessous). 

"Signifier la fin d'une espèce"

Pour le galeriste, l'image n'est en rien blasphématoire. Elle sert à "signifier la fin d'une espèce". L'artiste, a selon lui, voulu alerter le public du risque de voir le gorille disparaitre totalement de la surface de la Terre d'ici à 2027. Il aurait ainsi utilisé le motif de la "croix des cimetières américains", telle qu'elle peut être représentée dans un mémorial.

Dans sa lettre, l'abbé parle de sa démarche comme d'une action "par la douceur". Tout en citant un passage de la bible ("Si quelqu'un scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vraudrait mieux pour lui qu'on suspendît à son cou une de ces meules qu'un âne tourne, et qu'on le plongeât au fond de la mer. Malheur au monde à cause des scandales..." (Matthieu 18, 6 & 7)), il l'intime de "faire cesser ce scandale" et insiste : "Faites-le pour vous car vous devrez en rendre compte devant Dieu".

Joint par téléphone, le galeriste estime que l'abbé "s'est offusqué de cette croix sans chercher à réfléchir".

Il ajoute : "On était en pleine installation (de l'exposition), il n'a peut-être pas vu et lu l'explication." Reste que, pour lui, "personne n'est venu me voir et c'est par courrier que l'on me somme d'enlever une oeuvre"

A la mémoire du dernier gorille

Il y a quelques mois, dans une vidéo mise en ligne, l'auteur de la photographie, Gilles Martin, avait imaginé, par anticipation, une cérémonie du souvenir à la mémoire du dernier gorille dont l'acte de décès serait établi en 2027. On y retrouve cette photographie en forme de croix, répétée des dizaines de fois. Ce happening, visible dans la vidéo ci-dessous, a été réalisé par le photographe dans le cadre du Festival international de la photographie animalière et de nature de Montier-en-Der (52). Cette oeuvre visait déjà à sensibiliser le grand public au fait que les gorilles sont une espèce en voie de disparition.

Happening de Gilles Martin
Happening du photographe Gilles Martin sur les gorilles en voie de disparition. Film réalisé par Gilles Martin dans le cadre du Festival international de la photographie animalière et de nature de Montier-en-Der (52). - YouTube - Gilles Martin
A l'heure où nous publions cet article, l'abbé Knittel n'a pas répondu aux messages que nous avons laissés dans la journée sur le répondeur de l'école de la Sainte-Face.

L'exposition de Gilles Martin sera officiellement inaugurée vendredi 25 novembre à la galerie Gabillet, 1, rue du Buffon à Tours, à partir de 18h.

 

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus