Cet article date de plus de 8 ans

La guerre des parrains corses, une nouvelle enquête du journaliste Jacques Follorou au coeur du système mafieux

Après "Les parrains corses",  le nouvel ouvrage de Jacques Follorou, "La guerre des parrains corses" est disponible en librairie  dès le 23 janvier
Le journaliste Jacques Follorou
Le journaliste Jacques Follorou © FTViastella
Jacques Follorou,  journaliste au quotidien "Le Monde", spécialiste du grand banditisme,  analyse et décrit les évolutions récentes qui secouent le milieu insulaire dans une enquête très documentée, publiée dans la collection Flammarion Enquête.

 

Extrait de l'avant-propos
Voilà quinze ans que je travaille sur la Corse et dix années que j’essaye de comprendre un phénomène très spécifique, le crime organisé corse.
J’ai pu mesurer son emprise sur l’île par le biais du blanchiment d’argent sale dans l’économie légale, de ses réseaux d’entraide dans des univers parfois très éloignés du banditisme, de sa violence si étrangère au mythe du voyou d’honneur, sa puissance financière qui corrompt, sa longévité qui a pu
convaincre de son impunité et son rayon d’action, sur le continent comme à l’étranger, qui lui permet de défier les États.

Cette dimension en fait une véritable mafia aux caractéristiques propres méritant d’être analysées en elles-mêmes.La mafia corse n’est pas assimilable à celle qui a régné en Sicile. En Corse, pas de coupole dirigeante mais des associations criminelles indépendantes qui cohabitent. Le crime organisé insulaire ne fonctionne pas comme une administration parallèle. À Ajaccio ou à Bastia, pas d’ascension sociale au sein d’une organisation hiérarchisée, pas de rites initiatiques obligés, pas de structure interne régimentaire en soldats, sous-chefs, chefs jusqu’au capo di tutti cape, comme à Palerme ou à Corleone.
Ici, les vendettas se mêlent aux règlements de comptes classiques sur fond de contrôle d’activités illégales.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
banditisme enquêtes