Municipales 2014: un mystérieux sondage à Bastia

La mairie de Bastia sous le feu des projecteurs (Illustration) / © S.LE GALLAIS
La mairie de Bastia sous le feu des projecteurs (Illustration) / © S.LE GALLAIS

Qui d'Emile Zuccarelli, actuel maire de Bastia ou de son fils Jean, conseiller municipal, serait le plus à même de mener la campagne municipale de 2014 ? Cette question semble être au coeur d'une enquête d'opinion menée auprès des Bastiais, a révélé mercredi 28 février le quotidien Corse-Matin. 

Par Grégoire Bézie

Un sondage très protégé

Contacté, l'institut BVA confirme bien avoir mené cette étude courant février, sans vouloir toutefois en préciser le contenu. "Nous ne pouvons vous communiquer aucune autre information sur ce sondage, ce sondage appartenant exclusivement à son commanditaire" a indiqué dans un mail à notre rédaction Eric Bonnet, Directeur d'études pour BVA Opinion. "Seul le commanditaire pourra décider, s’il le souhaite, de communiquer sur ce sondage", précise le communiqué.

Selon nos informations, ce sondage aurait porté sur une quinzaine de questions visant à déterminer le degré de satisfaction de la population quant à la politique menée par le maire PRG de la ville, Emile Zuccarelli. Autre sujet: sa côte de popularité vis-à-vis de l'éventuelle candidature de son fils, Jean Zuccarelli. Le président de l'Agence de développement de la Corse et conseiller municipal en charge des animations ne s'est pas officiellement déclaré, mais il reste fortement pressenti pour briguer la succession de son père. 

Municipales 2014: Quid de la côte de popularité des Zuccarelli

"Connaissez-vous Jean Zuccarelli ?"

Parmi les questions des sondeurs: "Sur qui se porterait votre vote si les élections avaient lieu dimanche?". Et parmi les noms des candidats déclarés, ceux de l'actuel maire Emile Zuccarelli et de son fils Jean, sans toutefois que ces derniers ne soient jamais mis en concurrence dans les choix possibles. Selon le témoignage de personnes sondées, "c'était soit l'un, soit l'autre dans une même liste".  

Des questions qui semblaient également particulièrement orientées sur la politique de la gauche, et plus généralement, sur "l'incidence au niveau régional" de l'action du président de la République François Hollande sur le vote des prochaines échéances bastiaises, rapporte encore un sondé.

Aucun commen​taire 

La mairie de Bastia a indiqué ne pas être à l'origine de ce sondage d'opinion. Emile Zuccarelli n'a pas souhaité s'exprimer, indiquant que le temps n'était pas encore à la campagne. "Ce sondage n'appelle aucun commentaire" a fait préciser le maire de Bastia par l'intermédiaire de son service de communication.

Idem pour les principaux candidats déclarés pour mars 2014: Jean-Louis Milani, leader de la droite bastiaise a simplement déclaré ne pas comprendre "qui aurait intérêt à réclamer une telle enquête", tandis que Gilles Simeoni, conseiller territorial nationaliste de Femu a Corsica, et François Tatti, président du Syvadec, conseiller municipal PRG à Bastia, se défendent d'être à l'origine de cette enquête et n'ont pas souhaité commenter l'information. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le baryton Ludovic Tezier à Bastia

Les + Lus